Cristhian Abastoflor arrive dans l’Équipe Nationale bolivienne et signe avec un club de Première Division.

Cristhian Abastoflor ne se souvient pas quand il a commencé à aimer le football. Il était trop petit. “J‘ai des vidéos où je frappe un ballon à l’âge de deux ans“, explique le milieu-centre bolivien, qui s’était déjà inscrit dans une école de footballt à quatre ans. Par contre, il se souvient très bien des émotions que lui faisait vivre le football : “Le meilleur moment de la journée était toujours lorsque je voyais ma mère avec mon sac à la main, prête à m’emmener aux entraînements.”

Question.- Comment avez-vous connu Marcet ?

Réponse.- C’était par un ami qui était à la Hautes Performances Academy un an avant moi. Mon but était de me battre pour réaliser mon rêve de devenir footballeur professionnel.

Q.- Vous êtes encore jeune pour savoir s’il y aura une récompense à la clé, mais pour le moment vous avez déjà signé un contrat avec The Strongest et vous vous entraînez avec l’Équipe Nationale bolivienne

R.- Le fait d’être en Europe a été déterminant car j’ai pu accéder à de nombreuses opportunités. En rentrant dans mon pays, je suis devenu joueur titulaire à 17 ans. The Strongest est un club de Première Division. En ce moment, je ne me donne pas totalement à fond, mais ça a quand même attiré l’attention du corps technique de l’Équipe Nationale.

Cristhian Abastoiflor (primero por la izquierda) con la Selección boliviana Sub-18.
Cristhian Abastoflor (premier à gauche) avec l’Équipe Nationale bolivienne.

Q.- Qu’avez-vous appris lors de votre expérience à Barcelone ?

R.- Je me suis amélioré à la fois physiquement et psychologiquement. Je suis rentré dans mon pays avec beaucoup plus d’expérience et beaucoup plus de confiance en moi. Je le dois à mes entraîneurs et aux psychologues du sport qui ont travaillé avec moi à Marcet.

Q.- L’environnement ici était-il vraiment différent de celui auquel vous étiez habitué en Bolivie ?

R. – La vérité est que oui. Tout était nouveau pour moi, d’autant plus que je ne connaissais pas l’intensité du football européen.

Cristhian Abastoflor durante una sesión de entrenamiento en la playa.
Cristhian Abastoflor lors d’une séance d’entraînement sur la plage.

Q.- Qu’avez-vous le plus aimé dans cette expérience au sein de cette Académie ?

R.- Le fait de vivre le football au maximum à tout moment. C’était également très important de se sentir apprécié et entouré de ses collègues, qui étaient également loin de leur famille. J’ai passé Noël avec eux et un lien très spécial s’est créé entre nous.

Q.- Comment voyez-vous votre avenir ?

R.- Maintenant, je me concentre pour commencer une carrière professionnelle. Je veux continuer à m’entraîner au maximum pour devenir le meilleur dans ce que je fais. Je veux garder ma place dans mon club et pouvoir ensuite jouer dans la Première Équipe. Et je ne veux pas non plus oublier les études : cette année, j’ai commencé ma carrière universitaire.

SHARE