Quand il s’est inscrit à son premier campus, il n’avait pas encore la passion du football. Aujourd’hui Adrián Dalmau joue en Eredivisie.

Adrián Dalmau commença à jouer au football par hasard. Quand il avait sept ans, il reçut dans sa boîte aux lettres le prospectus d’un campus et décida d’essayer. C’était au début par curiosité mais il se prêta au jeu et le « sport roi » commença à lui plaire de plus en plus. À 12 ans, Adrián commença à s’inscrire aux cours Marcet. Pour commencer à l’Academies’ World Cup of Football de 2006, puis à différents cours intensifs à Barcelone et à une série d’expériences formatives à l’étranger: Allemagne, Bulgarie, Irlande

Natif de Majorque, Adrián dû s’éloigner de son île pour se développer en tant que footballeur. Après son passage à Marcet, il défendit les couleurs du Real Madrid et du Rayo Vallecano avec les Juvéniles. À partir de là, il commença à grimper les catégories jusqu’à la Deuxième Division. Il joua dans des clubs comme l’Espanyol B et Numancia, et pendant la saison 2016-17 il put rentrer à la maison suite à sa signature au Real Majorque. Mais il ne s’éternisa pas sur l’île, car sa carrière était sur le point de décoller.

Adrián Dalmau durante un entrenamiento con el RCD Espanyol.
Adrián Dalmau durant un entraînement avec le RCD Espanyol.

Après Majorque est venu Villarreal B, et après cela la Première Division hollandaise grâce à Heracles. « Le processus d’adaptation s’est très bien passé », commentait l’attaquant lors d’une interview accordée à Radio Marca. « Je profite de la confiance de l’entraîneur, qui me donne des opportunités. Je me sens très à l’aise, car le club comme la ville m’ont très bien accueilli. Impossible de faire mieux ».

Ses débuts en championnat hollandais furent contre l’Ajax. Un baptême du feu qu’Heracles a brillamment surmonté en faisant match nul. « Aujourd’hui j’ai accompli un rêve que j’avais depuis tout petit : jouer en première division, dans un club professionnel. Ce fut un chemin très dur mais qui a valu la peine pour vivre ce moment unique ! […] Je ne peux rien demander de plus », commenta Adrián, qui marqua par la suite deux buts en quatre matchs d’Eredivisie.

« Le championnat hollandais est très compétitif et idéal pour les attaquants », explique le majorquin. « Les équipes pressent très haut et laissent plus d’espace derrière. Moi, je suis rapide et ça me convient parfaitement. De plus, au stade d’Heracles il y a une ambiance spectaculaire. Il est toujours plein. Les gardins sont très proches de la pelouse et les gens poussent depuis la première minute. Les fans t’applaudissent beaucoup. C’est une super atmosphère, très spéciale ».

Adrián Dalmau pendant son premier match d’Eredivisie, contre l’Ajax.

Les 19 buts de l’avant-centre espagnol avec Heracles ont attiré l’œil d’autres équipes hollandaises. « Adrián Dalmau a ’tout cassé’ pour sa première saison en Eredivisie », explique le journal ‘Marca’, qualifiant le majorquin d’ « attaquant révélation » du championnat hollandais. Ses performances permirent à Heracles de jouer les playoffs d’accession à la Ligue Europa. Et même si l’équipe n’est pas parvenue à se qualifier à la coupe d’Europe, Adrián a tout de même signé à Utrecht, qui paya 2.15 millions d’euros pour s’attacher ses services. « Je suis ici pour marquer des buts », affirmait l’avant-centre à son arrivée dans son nouveau club. Plus personne ne doute de lui désormais.

 

 

SHARE