Aitor Martos rejoint l’un des meilleurs centres de formation d’Espagne après trois saisons à Marcet.

« C’est mon père qui m’a annoncé qu’Alcorcón voulait me recruter. Ça n’a pas vraiment été une surprise. En fait, ça faisait un certain temps que je passais des essais avec ce club et on attendait la réponse. Je m’étais donc fait à cette idée petit à petit, mais ça ne change en rien la joie que je ressens de rejoindre le centre de formation d’un équipe de Deuxième División ».

Aitor Martos débuta ses essais avec Alcorcón juste après avoir terminé son cycle formatif à Marcet. L’ailier natif d’Alovera (Guadalajara) découvrit notre académie en 2016. Il avait 13 ans et cherchait une école de football pour l’été. Il s’est inscrit à la Marcet Barcelona World Cup, il a aimé ce qu’il y a vu, et sa famille décida de commencer son aventure avec le Programme Professionnel, où il allait rester trois ans.

« Nous pensions que ça allait être une bonne opportunité pour mon futur footballistique », explique le joueur qui, avant de rejoindre Marcet, avait déjà porté les couleurs d’Alovera, Atlético de Madrid, Carabanchel et Azuqueca. Des environnements très différents de ce qu’il allait trouver à Barcelone : « Je crois que la meilleure expérience que j’ai vécue a été celle à Marcet, j’ai rencontré des personnes de différentes cultures et j’ai appris à cohabiter avec elles ».

« À Marcet j’ai appris sur la tactique ET J’ai progressé dans leS CONTROLES, LE positionnement, l’orientation… »

DeuxièmeÉtant un ailier qui brille par ses tirs, ses dribbles, sa vision du jeu et sa capacité de réaction, Aitor ne passe jamais inaperçu sur le terrain. Le rôle de protagoniste lui va à merveille, qu’il évolue en tant qu’ailier pur ou au milieu de terrain. S’adapter à différentes situations n’est pas un problème pour lui : « À Marcet j’ai surtout appris sur la tactique. Je suis arrivé sans avoir la moindre idée sur le sujet et je suis parti en le maîtrisant. J’ai aussi beaucoup progressé dans l’attitude qu’il faut avoir sur le terrain, le positionnement, les contrôles, l’orientation… Et j’ai appris à lâcher mon ballon plus tôt, sans le garder trop longtemps ».

« Le moment le plus important a été de participer au MIC. Lors de ce tournoi, nous avons joué contre Crystal Palace, et nous avons gagné », se rappelle Aitor. La rencontre contre l’équipe anglaise fut le couronnement d’une série de matchs contre des équipes de haut niveau comme Villarreal, Valencia, Osasuna, Sporting de Gijón ou Numancia. Se mesurer à des adversaires de cette classe fait partie intégrante du processus formatif que suivent les élèves Marcet, qui peuvent ainsi recevoir les stimuli nécessaires afin de progresser dans le monde du football.

Des stimuli qui ont valu à Aitor de pouvoir signer à Alcorcón. L’ailier espagnol reçut depuis le début le rôle de protagoniste avec l’équipe jaune. « On m’accorde beaucoup de temps de jeu, plus que ce à quoi je m’attendais, surtout que j’ai commencé la saison plus tard à cause d’une blessure. J’ai été titulaire lors du premier match où j’étais opérationnel. Tout se passe mieux que ce que je pensais. Désormais mon objectif est d’atteindre l’équipe première d’Alcorcón, et pour y arriver il va falloir travailler, travailler et travailler. Il n’y a pas d’autre moyen ».

SHARE