Roland Bocs, habitué des catégories inférieurs de la sélection de Lettonie, signe à Hoffenheim.

Quand Roland Bocs termina son premier entraînement, il sut tout de suite qu’il voulait devenir footballeur. L’actuel joueur d’Hoffenheim avait seulement cinq ans, mais il était clair pour lui et sa famille quel chemin il allait emprunter. Natif de Riga, l’ailier gauche est passé par plusieurs clubs en Lettonie, mais toujours avec le même entraîneur, Andrejs Kolidzejs. Et c’est précisément grâce à ce coach que Roland a connu Marcet.

« À Barcelone j’ai vécu ma première grande expérience internationale », se remémore le jeune joueur letton. « Andrejs m’avait présenté à Benito Montalvo, ex joueur du FC Jurmala, qui organisait des essais dans mon pays pour l’académie Marcet. J’y ai participé et j’ai été sélectionné pour réaliser un cours intensif de deux semaines à Barcelone. J’étais très heureux, car j’allais enfin avoir l’opportunité de me confronter à des joueurs d’autres pays ».

« à barcelone J’étais très heureux, car J’ai PU me confronter à des joueurs d’autres pays »

Question.– Comment s’est passée cette expérience?

Réponse.– Ce camp fut l’une des plus grandes aventures de ma vie. J’ai adoré la manière dont on s’y entraîne et joue au football. Et je n’ai pas seulement pu démonter mes capacités footballistiques, mais aussi mes connaissances des langues. Je parle russe et anglais, et avec ces deux langues j’ai pu communiquer avec des joueurs venant du monde entier et me faire des amis.

Q.- Tout était très différent par rapport à la Lettonie?

R.- Evidemment la différence entre le football dans mon pays et le football espagnol et très grande. Il suffit de regarder les classements européens pour s’en rendre compte. Dans des pays comme l’Espagne ou l’Allemagne tout est plus dur car le niveau est beaucoup plus élevé.

Roland Bocs durante un entrenamiento en Marcet.
Roland Bocs lors d’une séance d’entraînement è Barcelone.

Q.- Comment as-tu signé à Hoffenheim?

R.- Après le stage Marcet je suis allé en Allemagne, où j’ai passé des tests pour eux. Je ne m’attendais pas du tout à ce que mon niveau soit suffisant pour pouvoir signer dans un club de ce calibre, mais ils m’ont choisi du premier coup. J’ai passé énormément d’essais pour montrer ce que je vaux et j’étais très content d’avoir cette grande opportunité pour mon futur. J’étais fier de ce que j’avais accompli. Ma famille et mon entraîneur ont travaillés très dur pour que je puisse arriver où j’en suis aujourd’hui.

Q.- Tu as aussi représenté la Lettonie dans les catégories de jeunes…

R.- J’ai commencé à être convoqué à partir de 14 ans. Une blessure m’a empêchée de participer à un tournoi, mais j’ai ensuite pu revenir sans problème en sélection. Je concilie la sélection avec Hoffenheim, mais aussi avec les études car je pense que c’est important d’avoir une bonne formation académique. Sans ça, il est impossible de devenir footballeur professionnel.

SHARE