Grâce à une bourse sportive, Christian Sanchez allie football et études aux États-Unis.

Combiner carrière sportive et universitaire est l’un des objectifs fondateurs de Marcet. Et Christian Sánchez est l’exemple vivant que c’est possible. Le défenseur central vénézuélien est arrivé à Barcelone lors de la saison 2015-2016 et trois ans plus tard il termine sa carrière de physiothérapeute sportif aux États-Unis, où il dispute la ligue universitaire dans les rangs des Midlands Warriors.

“J’ai découvert Marcet en 2012 en allant à un campus d’été”, se souvient Christian. L’expérience l’a convaincu et il a décidé de rejoindre le Programme Professionnel deux ans plus tard. Mais ce n’était pas si facile. “J’ai eu des problèmes pour quitter le Venezuela à cause des problèmes internes du pays. Je ne pouvais pas voyager en 2014. Je suis donc resté au Venezuela et j’ai commencé à étudier. Conjuguer football et études là bas n’était pas facile, bien au contraire.”

Christian Sánchez ‘Tato’ avec le maillot de Marcet, LCC Palomino et Midlands Warriors.

L’année suivante, ‘Tato’ – comme le connaissent ses amis et ses camarades – a finalement réussi à rejoindre la Marcet Hautes Performances Academy. Il avait 18 ans et le bilan de cette saison était très positif pour le défenseur vénézuélien : “On mûri beaucoup en étant loin de chez soi. On vient avec l’idée d’apprendre à jouer au football, mais on finit par en apprendre beaucoup plus… Tout le monde a contribué à créer la personne que je suis aujourd’hui, Marcet a été une étape clé. ”

“[Le directeur technique] Carlos Rivero m’a expliqué quelle était ma situation et quelles étaient mes perspectives d’avenir.” Il m’a dit qu’il était possible de demander une bourse d’études sportives aux États-Unis», explique Tato, pour qui les parents ont toujours accordé une importance fondamentale aux études. Ils avaient été clairs dès le début : si Christian voulait se consacrer au football, il devait également obtenir un diplôme universitaire. “Les États-Unis étaient alors l’endroit idéal pour moi. J’ai accepté le défi et Marcet m’a fait une vidéo de présentation afin de connaître les entraîneurs des universités américaines” :

C’est ainsi que Cristian a réussi à se rendre au Laredo Community College, dans le sud du Texas, pour étudier la Physiothérapie Sportive. “Les athlètes universitaires ne peuvent pas gagner d’argent, mais ils m’ont tout de même accordé une bourse très élevée. C’était une bonne expérience et ils m’ont très bien traité. Aux États-Unis, le sport universitaire remplit les stades et on se sent un peu comme une star. Il y avait des gens qui me reconnaissaient dans la rue», raconte Christian avec un sourire sincère de modestie.

“Aux États-Unis, le sport universitaire remplit les stades et on se sent un peu comme une star”

Tato resta une année au Texas. Il réussi à améliorer sa position par la suite et à étudier au Lakes Community College de l’Iowa, où il était l’un des capitaines de l’équipe. Jusqu’à ce que la malchance l’oblige à tout arrêter pendant presque un an à cause d’un ligament croisé du genou. Il poursuivi néanmoins ses études pendant sa convalescence. Et pendant ce temps là ses parents réussirent à quitter le Venezuela pour s’installer en Galice, là où Christian y rencontra Ernesto Vieito, physiothérapeute au Celta de Vigo. Une “chance” à la fois pour sa blessure et pour ses études.

Maintenant, Tato vient de franchir une étape supplémentaire dans le système universitaire américain, en rejoignant l’université de Midland University, dans le Nebraska. “Il me reste encore un an et demi pour finir le cursus et j’ai repris mon poste de centre suite à ma blessure.” Un poste qu’il occupe depuis son arrivée à Barcelone. “Je suis arrivé chez Marcet en tant qu’ailier, mais on m’a changé de position après le premier entraînement : depuis lors je n’ai plus changé».

 

 

SHARE