Giacomino Dedola signe à Grenoble après avoir vécu une World Cup « inoubliable » à Marcet.

« Je disputais un match de l’Academies’ World Cup of Football. Nous gagnons 4-0 et j’avais mis un but et donné une passe décisive. J’ai dû être remplacé pour qu’un autre joueur puisse avoir du temps du jeu, et au final on a perdu 4-5. L’entraîneur me fit rentrer de nouveau sur la pelouse pour les dernières minutes, mais je n’ai rien pu faire pour retourner la situation. J’ai fini en larmes ».

« Lors d’un autre match j’ai placé un retourné parfait. Le ballon passa sous l’équerre, et le gardien était l’un des meilleurs de la World Cup. Même moi je n’y croyais pas… Je ne savais pas comment j’avais pu marquer un but pareil ! Même le commentateur m’a souri et a levé le pouce. J’étais très fier à ce moment-là ».

Le football est souffrance et joie, jusque dans un même tournoi comme le démontrent les anecdotes racontées par Giacomino Dedola, qui vécut lors de la World Cup le bon et le mauvais de ce sport. Mais le positif comme le négatif le firent grandir en tant que footballeur et personne. « Mon expérience à Marcet est inoubliable. Elle m’a marquée en tant que joueur. À Barcelone j’ai appris à utiliser ma jambe faible, à dribbler, à jouer de la tête… Ici j’ai vraiment tout appris ».

« Mon expérience à Marcet m’a marquée en tant que joueur. Ici j’ai vraiment tout appris »

« J’ai découvert la World Cup grâce à mon frère Baptiste, qui faisait déjà partie d’une Marcet Team. J’avais envie de vivre la même aventure, et je me suis amélioré et amusé en même temps », se rappelle Giacomino, milieu offensif qui a récemment quitté Craponne pour signer à Grenoble, club de Deuxième Division Française.

Giacomino Dedola (dcha.) durante un partido de la World Cup en Marcet.
Giacomino Dedola (à droite) durant un match de la World Cup à Marcet.

« Mon père m’a fait participer à une draft. Je suis né en 2005, mais j’ai rivalisé avec les 2004 », explique le « numéro 10 » français. « Ça a été dur, et j’ai dû tout donner physiquement et techniquement. À la fin de la session l’entraîneur de Grenoble m’a dit qu’ils allaient me signer. Et même si une blessure m’a tenue éloigné des terrains pendant huit mois, le club ne m’a pas laissé tomber. Au contraire, on m’a fait suivre un programme de kinésithérapie pensé pour les footballeurs professionnels. Être dans un grand club a ce type d’avantages, et je remercie Grenoble pour cette opportunité ».

Après sa blessure, l’aventure de Giacomino avec le club français a finalement pu commencer lors de la saison 2019-20. « Je suis très heureux, car je vais pouvoir jouer aux côtés de grands footballeurs. Ça vient tout juste de commencer, mais j’ai un projet et je travaille dur pour le réaliser : je veux devenir joueur professionnel et signer dans un  des meilleurs clubs d’Europe ».

SHARE