Hoyos, défenseur de la neuroscience appliquée au football, a dirigé l’équipe de Bolivie et a gagné le championnat chilien après être passé par Marcet.

Comparer n’importe quel joueur avec Maradona est une pratique risquée pour un Argentin. Pour beaucoup, le « D10S » du football est intouchable et chaque comparaison peut être considérée comme un blasphème. Surtout si celui qui ose faire cette comparaison travaille dans le monde du football. Comme Ángel Guillermo Hoyos, qui en 2003 annonça devant la presse qu’un de ses joueurs lui rappelait le « pelusa ». Une déclaration risquée mais qui avec le temps s’est confirmée, puisque ce jeune joueur de 16 ans n’était autre que Lionel Messi.

Hoyos entraînait l’équipe B du FC Barcelone, où il partageait le vestiaire avec des joueurs comme Gerard Piqué, Sergio Busquets, Pedro et « la Pulga ». Le crack argentin a toujours maintenu une bonne relation avec l’entraîneur de Córdoba, et il n’hésita pas à en dire du bien en public. « Il fut mon papa footballistique. Il m’a beaucoup aidé depuis le moment où je suis arrivé au Barça. Il était là pour moi à chaque moment. Il m’a enseigné beaucoup de choses et m’a amené où je suis aujourd’hui, en Première Division. Je suis très reconnaissant qu’il soit mon parrain footballistique », affirma Messi durant cette conférence de presse.

Nombreux sont les médias qui considèrent Hoyos comme le véritable « découvreur » du numéro 10 du Barça. « Ces choses-là, seul Diego pouvait les faire… Et maintenant Leo aussi. Il possède l’art et la magie pour écrire de nombreuses pages de l’histoire du football », pronostiquait Hoyos avant que Messi ne débute en Première Division. Quelques mots qui démontrent son savoir du football.

Après son expérience au Barça, Hoyos commença son périple en Grèce, où il dirigea plusieurs équipes de premier plan, notamment l’Aris de Salonique. Après son passage sur les bancs du Club Bolivar (Bolivie) et du Once Caldas (Colombie), l’entraîneur natif de Córdoba retourna à Barcelone, cette fois pour vêtir l’uniforme de Marcet. Son expérience fut la clef pour que tant d’élèves de l’Académie de Haute Performance puissent accéder au football professionnel.

Hoyos, qui en tant que joueur avait porté les maillots de clubs comme Banfield, Talleres de Córdoba et Boca Juniors, mit ses connaissances et son talent de motivation au service des étudiants Marcet. En tant que professeur spécialisé dans le travail avec les élèves plus âgés, ses leçons se focalisaient surtout sur le développement des processus cognitifs nécessaires pour comprendre et automatiser les compétences requises pour accéder aux clubs de football professionnels.

El técnico argentino Guillermo Hoyos durante un partido del Club Universidad de Chile.
L’entraîneur argentin Guillermo Hoyos durant un match du Club Universidad de Chile.

Mais Hoyos devait toujours atteindre le sommet de sa carrière d’entraîneur. Après son expérience à l’Académie de Haute Performance Marcet, l’entraîneur argentin reçut un appel de la Fédération Bolivienne de Football (FBF), qui avait l’intention de lui offrir les commandes de la sélection A. Hoyos accepta cette offre, avec l’objectif de qualifier le pays andin à la Coupe du Monde en Russie, même si dès le début il souligna la nécessité de travailler sur le long terme et surtout avec les catégories de jeunes. De ce fait, le sélectionneur voulu aussi entraîner la sélection U-20 de Bolivie, la formation de jeunes talents ayant toujours été dans ses priorités, comme il l’avait déjà démontré au Barça et à Marcet.

Son travail avec la « Verde » ne passa pas inaperçu en Amérique du Sud. Il n’était entraîneur de la Bolivie que depuis quelques mois lorsqu’il reçut une offre impossible à refuser du Club Universidad de Chile, l’une des institutions sportives les plus prestigieuses d’Amérique Latine. L’entraîneur argentin accepta l’offre, et dût interrompre sa collaboration avec la sélection bolivienne.

L'Aldosivi accueille Guillermo Hoyos.
L’Aldosivi accueille Guillermo Hoyos.

Hoyos resta à Santiago pendant plus d’un an, durant lequel il fit changer de cap à la  « U », qui gagna le Torneo de Clausura de 2017. Son expérience terminée, le coach argentin fit un voyage au Mexique pour entraîner l’Atlas lors de la saison 2018-19. Un an plus tard, il revint en Argentine pour entraîner l’Aldosivi, un autre club de Première Division.

Une des clefs de sa réussite est l’application de la neuroscience au football. Par exemple, l’ex professeur Marcet demanda à la direction de la « U » une salle avec téléviseurs et autres appareils technologiques avec l’objectif d’améliorer le rendement de ses joueurs. Hoyos avait compris que dans le football, il n’y avait pas que le physique, mais aussi le mental. Une méthode qui lui permit de gagner des titres et qu’il a également pu développer à Marcet, dont les principal objectif est justement de former des joueurs intelligents.

SHARE