Le talent et le dévouement de Gustavo Zelaya lui permettent de signer à l’Extremadura.

Il est rentré chez lui à Noël pour être avec sa famille, ses amis et se reposer. Mais le Père Noël lui a changé ses plans en lui laissant un cadeau sous le sapin : une convocation avec la Sélection U-17 du Honduras. Plus d’entraînements et plus de travail, mais c’était le cadeau rêvé pour quelqu’un qui a travaillé toute sa vie pour devenir footballeur professionnel.

Gustavo Zelaya a passé un an et demi à l’Académie de Haute Performance Marcet. Il est arrivé à Barcelone en juin 2015 pour faire avancer sa carrière footballistique. Une décision compliquée pour un jeune de 14 ans. Le football lui exigea de quitter son pays natal, lui promettant uniquement en retour de dures séances d’entraînement loin de chez lui.

Le temps se chargea de démontrer que Gustavo emprunta le bon chemin. Ce qui semblait être au début des conditions difficiles à assumer pour un joueur si jeune, se révélèrent être le commencement d’une histoire pleine de succès. Pas seulement pour ses débuts avec la Sélection en 2017, mais aussi car sa brillante trajectoire l’amena au club d’Extremadura, après quatre années passées à polir son talent à Barcelone.

Gustavo en un fotograma de la retransmisión del partido entre los Juveniles de Extremadura y Real Madrid.
Gustavo sur une image de la retransmission du match entre les Juvéniles d’Extremadura et du Real Madrid.

« J’ai pratiquement vécu toute mon adolescence à Marcet », se rappelle Gustavo. « J’ai essayé de profiter de chaque entraînement, de chaque match… Les moments les plus forts furent les matchs contre les centres de formations d’équipes comme le Barça, Atlético de Madrid, Valencia, Athletic Bilbao, Villarreal, Osasuna, Espanyol, Gérone… Je devais mettre en pratique ce que j’avais appris. Quand je commettais une erreur, j’essayais de m’en souvenir afin de travailler sur mes points faibles et les transformer en points forts. C’est comme ça que je continuais à progresser ».

Les bases techniques, le sérieux et l’envie de réussir de Gustavo ont rencontré à Barcelone une méthodologie capable de faire germer son talent. « Depuis le début il a montré de la qualité avec le ballon et il brille par sa force » commente Alberto Martín, un des entraîneurs du jeune hondurien.    « Il a toujours suivi une bonne ligne de travail grâce à sa plus grande qualité, qui est la régularité. Cela lui a permis de compter sur des valeurs stables qui sont les mêmes que celles qu’exigent le football professionnel ».

« J’aimerais que ma vie puisse servir d’exemple à beaucoup de jeunes, pour qu’ils puissent comprendre la valeur de l’effort »

Tout le monde s’accorde à souligner le comportement exemplaire de Gustavo. Pas seulement les coachs, qui parlent de son « attitude positive » et de sa « prédisposition à s’améliorer », mais aussi ses coéquipiers qui voient en lui « un grand ami , une personne aimable, éduquée et réservée ». Des caractéristiques que Gustavo met au service du club d’Extremadura.

« Le club cherchait un latéral droit et s’est renseigné auprès de Marcet » explique le défenseur. « Ils m’ont envoyé à Almendralejo pour que je puisse participer à la présaison. Je savais que c’était une grande opportunité et que je devais la saisir en mettant en pratique tout ce que j’avais appris à Barcelone. Les sensations sont très positives. Je suis optimiste et j’espère faire une belle saison avec le club. J’ai hâte de travailler et progresser ».

De son passage à Marcet, Gustavo souligne les voyages pour jouer des matchs et des tournois en Espagne, France ou en Belgique… Et les différentes cultures qu’il a pu connaître grâce à ses coéquipiers et “grands amis” venant du monde entier. « Mais j’ai surtout appris à donner du sens au football. J’ai commencé à voir ce sport du point de vue d’un directeur technique, car j’ai compris l’importance d’aider mes coéquipiers sur le terrain, en donnant de bonnes passes et en transmettant les idées du coach. J’ai aussi essayé d’être un leader, sur et en dehors du terrain, à la résidence, dans notre quotidien, en poussant mes coéquipiers à s’améliorer. C’est pour ça que Marcet est l’une des meilleures choses qui me soit arrivée ».

Il n’est pas surprenant que Gustavo veuille arriver à l‘excellence, pas seulement dans le football, mais aussi sur le plan personnel. « J’aimerais que ma vie puisse servir d’exemple à beaucoup de jeunes, pour qu’ils puissent comprendre la valeur de l’effort et du sacrifice. Qu’ils sachent que la récompense viendra tôt ou tard, qu’il est important de croire en ce qu’ils font, en leur évolution, et que chaque jour ils peuvent s’améliorer. Et surtout de ne jamais oublier de s’amuser ».

SHARE