Han Kwang-song, signé par la Juventus après être devenu le premier nord-coréen à marquer un but dans l’élite des divisions italiennes.

En marquant tête la première contre le Turin, Han Kwang-song a chamboulé l’Histoire du football. C’était la première fois qu’un joueur de Corée du Nord marquait dans la Serie A italienne. Un buzz énorme pour l’attaquant du Cagliari, qui du haut de ses 18 ans réussit à violer les cages de Joe Hart, gardien de l’équipe nationale anglaise, et à se frayer un chemin jusq’à porter le maillot de la Juventus.

La signature de Han par la ‘Vecchia Signora’, le club italien le plus puissant, est la cerise sur le gâteau d’une évolution imparable qui a laissé la presse italienne et européenne sans voix, mais pas la Académie Marcet, où l’attaquant avait été formé pendant un an.

Han Kwang-song, après avoir signé pour la Juventus.
Han Kwang-song, après avoir signé pour la Juventus.

“Tout a commencé lorsque les nord-coréens ont fait une tournée dans toute l’Europe afin de trouver la meilleure école pour leurs jeunes joueurs”, se souvient José Ignacio Marcet. “Au final, ils ont choisi notre école, car ce qu’ils voulaient était de réellement maîtriser le football, et non des grandes marques vitrines. En 2013, le président de la Fondation Marcet s’est rendu à Pyongyang avec un groupe de techniciens afin de choisir 18 enfants avec de réelles capacités de progression. Le groupe est arrivée à Barcelone pendant l’automne de cette année là.

Pour Han et ses coéquipiers, les débuts n’étaient pas faciles. “Ils ne savaient pas se tromper”, explique le président de Marcet. Pour eux, le but était de gagner. Nous leur avons donc expliqué que l’erreur fait partie intégrante du processus d’apprentissage et qui plus est un élément clé pour réussir et s’améliorer. Semaine après semaine, leur mentalité a évolué, ils se sont trouvés plus à leur aise et ont rapidement intégré la dynamique culturelle espagnole. Les joueurs qui étaient arrivés n’ont rien à voir avec ceux qui sont partis. Je pense que la culture coréenne s’est petit à petit ouverte à la nôtre.”

Han Kwang-song, lors d'une séance d'entrâinement chez Marcet.
Han Kwang-song, lors d’une séance d’entrâinement chez Marcet.

Les performances de Han à Cagliari prouvent son adaptation au football européen. “Ici, je me sens chez moi”, a déclaré l’attaquant après son but contre le Turin. “Je suis très heureux et je remercie mon entraîneur, mes coéquipiers et mon club.” Un club qui a décidé de parier sur un joueur de 18 ans pour sa première équipe. Les dirigeants de Cagliari n’en ont jamais douté, conscients que “le dribble, l’instinct de but et la vision du jeu sont ses atoûts principaux”.

La preuve en était les Championnats d’Asie U-16 de 2014 qui se sont déroulés quelques semaines après la fin de la période de formation de l’équipe nord-coréenne à Barcelone. Cette compétition fût une vitrine de luxe pour l’attaquant de Pyongyang : avec quatre buts marqués, ils est devenu la star du tournoi, remportant la victoire du championnat après une finale historique contre la Corée du Sud.

Ce qu’il s’est passé après cette compétition est récent. Han a fini dans l’agenda de divers clubs européens tels que l’Ajax, le Genk ou encore la Fiorentina. Au final, ce sont les Cagliari qui ont réussi à le faire signer au printemps 2017. En quelques semaines, Han a su démontrer les talents nécessaires pour jouer dans la Serie A, ce qui a conduit la Juventus à le suivre de près.

Après avoir joué pendant deux saisons en tant que joueur cédé temporairement au Pérouse – équipe de deuxième division, où Han a très bien commencé, marquant un “tour du chapeau” contre le Virtus Entella – l’attaquant nord-coréen a finalement signé avec le prestigieux club de Turin. Selon la presse spécialisée, “la Juve ouvre ainsi la porte à un footballeur de 20 ans qui pour le moment jouera dans la filiale, mais qui garde un gran avenir et qui a déjà montré qu’il peut changer l’histoire du football”.

 

 

SHARE