Il n’a commencé à s’entraîner qu’à 10 ans. Aujourd’hui Jolvis Sosa joue en Première Division vénézuélienne.

Le football lui a été transmis par ses oncles. Premièrement oncle Gregorio, qu’il voyait souvent jouer avec l’équipe de son quartier. Ensuite avec oncle Giancarlo, qui l’a convaincu de s’inscrire dans un club. “J’avais déjà 10 ans quand j’ai fait mon premier entraînement. Ce jour a été très important pour mon futur. J’ai convaincu l’entraîneur en marquant un but et en donnant plusieurs passes décisives”, se rappelle Jolvis Sosa, qui n’avait alors joué au football qu’à l’école et dans la cour de sa maison.

Après ce départ canon, le milieu vénézuélien s’est construit dans certains des meilleurs clubs de son pays comme Gran Valencia Maracay, le Deportivo la Guaira ou Monagas, et aussi à Marcet, où il est venu à l’été 2018 pour sa première prise de contact avec le football espagnol. “C’est mon agent Rafael Pugliese qui me l’a recommandé” explique Jolvis qui, sur le terrain, est remarqué pour sa vitesse et sa facilité à éliminer ses adversaires. Selon la presse vénézuélienne, il peut compter sur une “irrévérence unique” sur le terrain.

Question.- Ton expérience à Barcelone t’as été utile?

Réponse.- Au Venezuela j’étais déjà habitué à travailler avec des entraîneurs étrangers, également des espagnols. Mais à Marcet j’ai véritablement amélioré ma technique et j’ai pu opérer un changement dans mon attitude, qui me permet aujourd’hui d’être plus efficace sur le terrain. Je suis extrêmement reconnaissant pour cette expérience. Ça a été pour moi un grand plaisir de faire partie de cette famille.

“J’attends d’avoir une autre opportunité avec la sélection Nationale ET DE jouer en dehors du Venezuela pour POUVOIR grandir”

Q.- Et tu savais déjà ce que c’était de jouer en Première Division

R.- Oui. J’ai commencé en première division vénézuélienne en 2017, avec le Deportivo la Guaira, après avoir fait beaucoup d’efforts dans les catégories inférieurs et en équipes filiales. Quand le directeur du club m’a annoncé la nouvelle, j’étais très heureux et reconnaissant. Je savais que j’avais réussi grâce à la discipline et à l’effort. C’était la récompense pour mes sacrifices !

Q.- Tu es aussi passé par la Sélection Nationale

R.- C’était en catégories de jeunes, avec les U-17. Ils m’ont convoqué en 2016 mais une blessure au genou m’a empêché de m’inscrire dans la continuité avec la sélection. J’attends d’avoir une autre opportunité et de pouvoir affronter des adversaires importants au niveau international.

Jolvis Sosa con la camiseta del Deportivo la Guaira.
Jolvis Sosa lors d’un match avec le Deportivo la Guaira.

Q.- Est ensuite venue ta première avec Monagas. Comment on se sent de jouer pour un des clubs principaux du pays ?

R.- Jouer en Première Division est très important pour moi. Avant chaque match j’essaye de me concentrer pour être efficace et prendre mes responsabilités. J’essaye de m’amuser et de prendre du plaisir pendant la rencontre. Désormais mon objectif est de jouer en dehors du Venezuela pour pouvoir grandir professionnellement.

SHARE