Jorge Bermúdez reçoit un appel de l’Équipe Nationale de Porto Rico après une saison à Marcet.

“J’étais à la résidence, allongé dans mon lit, en attendant l’heure d’aller en cours lorsque j’ai reçu un message sur mon portable. C’était l’entraîneur de l’Équipe Nationale U-17 qui disait qu’il allait m’appeler pour la phase de qualification. J’étais submergé par les émotions… Je n’arrêtais pas de relire le message !”

Jorge Bermúdez a donc reçu l’une des meilleures nouvelles de sa vie. L’attaquant portoricain avait passé des mois à la Marcet Academy, où il s’entraînait justement pour avoir de telles opportunités. L’appel de l’Équipe Nationale est arrivé en fin de saison, en récompense du travail effectué depuis septembre à Barcelone.

Question.- Pourquoi as-tu décidé de quitter ton pays pour jouer au football ?

Réponse.- À Porto Rico, le football est encore un sport en développement. Il n’a pas la légitimité qu’il a en Espagne et les difficultés rencontrées pour trouver une formation de qualité posent de nombreuses difficultés. Sur l’île, il y a beaucoup de bons joueurs, mais ils finissent par être gâchés à cause du manque de discipline. Les talents ne sont pas peaufinés à Porto Rico et s’ils ne se manifestent pas, ils n’ont pas beaucoup d’occasions de se montrer à l’étranger.

“CE QUI M’A LE PLUS MARQUÉ à marcet C’EST la possibilité de pouvoir Me mesurer à de grands clubs”

Q.- Le football à Barcelone est-il si différent que dans ton pays ?

R.– Les formations sont très différentes, notamment en termes d’organisation. À Marcet, on travaille spécifiquement pour améliorer les compétences de chaque joueur. Et aussi l’environnement est plus exigeant, car on partage les vestiaires avec de nombreux élèves qui ont le même objectif.

Q.- Qu’est-ce qui t’a le plus marqué pendant cette saison ?

R. – Sans aucun doute la possibilité de pouvoir se mesurer à de grands clubs. Cette année j’ai affronté avec mon équipe le Levante, l’Oviedo et le Saragosse, entre autres.

Jorge Bermúdez durante un partido contra la Academia del RCD Espanyol.
Jorge Bermúdez lors d’un match contre la RCD Espanyol Academy.

Q.- Comment es-tu tombé amoureux du football ?

R.- J’ai commencé à aimer depuis l’âge de 5 ans, mais en tant que loisir. Puis à la Coupe du Monde 2010 tout a changé. Ma grand-mère est espagnole et j’ai pu voir l’émotion que ce sport peut apporter à travers elle. Le but d’Iniesta en finale était la confirmation de mon amour pour ce sport et ce qui m’a poussé à commencer ma carrière.

Q.- Comment as-tu connu Marcet ?

R.- C’était par Juan Ignacio O’Neill, un ancien élève de l’Académie. Il m’a parlé de ses progrès et du processus de développement qu’il a expérimenté à Barcelone. Il a adoré cette étape à “Juani”, qui joue dans l’Équipe Nationale de Porto Rico. Comme j’ai des aspirations similaires aux siennes, je savais que Marcet était l’endroit adéquat pour progresser.

“Le but d’Iniesta en finale de la coupe du monde 2010 m’a poussé à commencer ma carrière”

Q.- Lorsqu’on te voit jouer sur le terrain, on dirait que tu te donnes à 100% pour ne pas laisser un centimètre à tes adversaires. Quelles sont tes caractéristiques ?

R.- J’exige beaucoup de moi-même et j’aime être présent face aux adversaires. J’aime les têtes-à-têtes et courir vers les espaces libres, mais aussi le jeu aérien.

Q.- Qu’as-tu appris à Marcet ?

R.- Beaucoup de choses. Mais la chose la plus importante, c’est la compétition. J’ai appris a rivaliser.

Q.- Qu’est-ce qu’il te reste à perfectionner ?

R.- Je voudrais avoir plus confiance en moi. Je ressens une certaine insécurité après un mauvais entraînement ou un résultat de match négatif. Je travaille pour améliorer cet aspect. Mon objectif est maintenant de continuer à m’entraîner en tant que joueur et à progresser dans tous les détails techniques et tactiques pour faire partie d’une équipe juvénile et accumuler de l’expérience pour atteindre le niveau suivant.

SHARE