Nombreux sont les footballeurs aux capacités similaires qui ont dû apprendre à coexister sur le terrain sans se marcher dessus.

“Maudit dilemme”. C’est ainsi que les entraîneurs répondent quand on leur demande les difficultés qu’ils affrontent lorsqu’ils doivent choisir un onze de départ. Disposer de deux ou plusieurs joueurs de niveau similaire pour couvrir une seule position provoque des maux de tête pour les techniciens des meilleures équipes d’Europe. Quand il y a beaucoup de talents dans une même équipe, il n’est jamais facile de prendre la bonne décision. Si bien que parfois la solution réside dans le fait de ne laisser personne de côté.

L’histoire du football regorge d’exemples de joueurs aux caractéristiques similaires qui ont dû apprendre à coexister sur le terrain sans se marcher sur les pieds. Au Real Madrid, Cristiano Ronaldo et Bale l’ont fait, avec l’ailier gallois qui a dû changer de groupe pour que les deux soient compatibles. Dans la Juventus, Mandžukić a dû renoncer à être l’attaquant de l’équipe italienne pour conserver sa place dans le onze de départ. La présence de Higuaín l’a forcé à agir changer de position et de l’intérieur même. Il en va de même pour le sacrifice que Mourinho a demandé à Eto’o quand ils ont remporté le triplé avec l’Inter.

“Pour que deux joueurs présentant des caractéristiques similaires soient compatibles, la générosité est fondamentale”, déclare Felipe Ragel Mármol, entraîneur du Marcet A U-16. “La cohabitation sportive entre deux talents fonctionne lorsque tous les deux sont disposés à travailler pour faire ressortir les caractéristiques de l’autre. Ainsi, les deux hommes font équipe dans la même direction pour atteindre les objectifs de l’équipe.”

“Pour que deux joueurs présentant des caractéristiques similaires soient compatibles, la générosité est fondamentale”

Chaque semaine, Ragel travaille avec ses joueurs dans des situations de ce genre. Surtout à l’avant, où il a deux joueurs avec des caractéristiques très similaires. “Rachid et Karika sont tous deux des joueurs verticaux et rapides… L’un joue en attaquant, l’autre en ailier gauche, mais ils ont tendance à tomber dans le même espace. Ils ont tous deux beaucoup de buts à leur actif, gagnent des duels et veulent que le jeu par équipe passe par eux. Ils aiment être des protagonistes sur le terrain.”

Rachid était déjà à Marcet avant que Karika ne rejoigne l’équipe. L’arrivée du joueur égyptien pouvait constituer une menace pour l’attaquant mauritanien. Ragel a décidé de ne pas alterner les deux joueurs sur le terrain, mais de tirer parti du talent des deux et d’ouvrir une brèche dans le onze pour Karika, en prenant ainsi un risque stratégique pour l’équilibre tactique mais aussi pour leur motivation psychologique.

“Il s’agit en réalité de ne pas occuper le même espace, de faire des mouvements opposés à ceux du partenaire”

Un pari audacieux, mais l’équipe a profité de cette coexistence et a réalisé une excellente saison. Parmi d’autres rivaux, l’équipe de Ragel a réussi à s’imposer sur une Premier League historique comme le Crystal Palace, dans un match spectaculaire que vous pouvez visionner dans la vidéo en tête de page.

“Pour que cette association soit bénéfique pour le groupe, nous devions faire en sorte que tous les deux fassent passer l’équipe avant leurs objectifs individuels”, explique Rágel. “La clé est que les deux ne font pas la même chose. Par exemple, quand Karika s’approche du milieu de terrain pour recevoir le ballon, Rachid doit se déplacer pour lui donner une autre ligne de passe. Il s’agit en réalité de ne pas occuper le même espace, de faire des mouvements opposés à ceux du partenaire et échanger constamment leurs positions pendant le match.” Une leçon que Rachid et Karika ont bien apprise, comme le montrent les buts qu’ils ont marqué contre le Crystal Palace.

SHARE