Georgi Khabuliani fait la différence pendant ses débuts avec l’Équipe Nationale de Géorgie.

La convocation à l’Équipe Nationale marque un avant et un après dans la carrière sportive d’un footballeur. C’est ce que ressent Giorgi Khabuliani, qui ne cache pas sa “fierté” de pouvoir porter pour la première fois le maillot de son pays : “Je suis heureux car j’ai réussi à atteindre mes objectifs et je fait maintenant partie des meilleurs joueurs de Géorgie. Maintenant je commence à avoir des opportunités intéressantes dans le football professionnel. Je ne dois pas rater cette occasion.”

Giorgi a passé toute la saison à la Marcet Hautes Performances Academy et considère que son séjour à Barcelone était essentiel pour que le groupe des U-15 le convoque. “Ici, j’ai appris ce qu’est le vrai football. Je n’étais pas un bon joueur avant. J’avais trop de défauts et j’étais en surpoids aussi. À Marcet j’ai vraiment réfléchi, j’ai gagné en patience et j’ai commencé à progresser. En Géorgie, il y a de meilleurs joueurs que moi, mais moi je m’entraîne en Espagne et ça fait la différence.”

“Je suis heureux car j’ai ATTEINT mes objectifs et je fait partie des meilleurs joueurs de Géorgie”

L’attaquant du pays caucasien a travaillé toute l’année sur des objectifs personnels non seulement avec son entraîneur, mais également avec l’analyste de son équipe. Certaines sessions se sont intensifiées au cours de la semaine précédant sa première dans les rangs de l’Équipe Nationale. “On travaille ma position sur le terrain, on étudie mes forces et mes faiblesses, et on analyse mes jeux un par un… Maintenant, je comprends tout ce que je dois faire dans ma position, comment je dois évoluer sur le terrain, quels atouts je dois utiliser.”

Giorgi Khabuliani dispara a portería durante una partido con Marcet.
Giorgi Khabuliani tire au but lors d’un match avec Marcet.

Giorgi est également reconnaissant d’avoir un psychologue du sport à sa disposition. “Cette saison, j’ai traversé une période difficile, je n’ai pas marqué, et Héctor [Canyelles] m’a beaucoup aidé en me donnant de bons conseils sur la façon de gérer mes émotions pendant les matchs. Grâce à lui, j’ai surmonté ce moment de faiblesse et j’ai recommencé à marquer des buts comme avant.”

Face aux convocations des U-15 ans, Georgi est retourné voir le psychologue pour étudier la façon de faire face à cet événement important. “Il m’a dit que je ne devais pas agir différemment avec l’Équipe Nationale. Je devais jouer comme je le fais ici à Barcelone, sans être stressé, et c’est ce que je vais faire“, a promis l’attaquant juste avant de se rendre dans son pays, où il a maintenu sa promesse lors du match qu’il a joué contre la Turquie, dans lequel il a non seulement causé la faute qui a provoqué le 1-0, mais il a marqué le 2-0 final. Une première d’un film pour un joueur qui réalise déjà ses rêves.

SHARE