Une bonne éducation nutritionnelle est essentielle pour améliorer les performances sur le terrain.

Au football, rien ne peut être laissé au hasard, encore moins l’alimentation. L’intensité et les efforts physiques requis durant les matchs ainsi que l’entraînement impliquent une dépense énergétique importante que le corps du joueur doit pouvoir supporter. Une éducation nutritionnelle adéquate est la clé pour améliorer les performances globales sur le terrain. Apprendre à choisir les aliments appropriés et à les consommer au bon moment est un impératif pour tout footballeur qui souhaite briller et aller toujours plus loin, quel que soit son point de départ.

“S’occuper de la nourriture, c’est comme s’entraîner”, déclare Bet Sugranyes, nutritionniste à la Marcet High Performance Academy. “Ce que nos étudiants font à la table du dîner est aussi important que ce qu’ils font sur la pelouse, mais il ne s’agit pas d’agir en tant que contrôleur ni d’imposer des règles. À l’inverse, mon travail consiste à informer, à donner aux joueurs les connaissances nécessaires afin qu’ils puissent choisir de manière autonome ce qu’il faut manger et quand le manger.”

Sugranyes rencontre personnellement chaque élève de l’Académie. Il prend en compte ce que vous mangez normalement et vous donne des conseils pour améliorer votre alimentation et atteindre des objectifs tels que gagner de la masse musculaire, perdre de la masse grasse ou simplement mieux manger. “Chaque enfant a des besoins différents, mais tout le monde doit comprendre qu’il existe un ‘timing’ pour les repas. Il ne revient pas au même de manger avant ou après une séance d’entraînement, car les macronutriments ne seront pas métabolisés de la même manière.”

“Il ne revient pas au même de manger avant ou après une séance d’entraînement, car les macronutriments ne seront pas métabolisés de la même manière”

Sugranyes se réfère à la fenêtre anabolique qui s’ouvre dans notre corps après un effort intense. C’est juste après un match ou un entraînement que le corps de l’athlète est dans les meilleures conditions pour absorber les glucides et les protéines, macronutriments essentiels pour reconstituer les réserves d’énergie brûlées par l’activité physique et réparer les tissus musculaires favorisant leur croissance. “Certains étudiants terminent leur formation et, au lieu de manger le sandwich que nous leur préparons, préfèrent aller au supermarché acheter des pâtisseries, des bonbons, des chips ou des boissons non alcoolisées.” C’est l’erreur la plus courante commise par les adolescents. Trop de graisses et de sucres ne sont pas l’idéal, car cela ne les aide pas à récupérer.”

Alumnos de la Academia Marcet comen antes de enfrentarse al Zaragoza.
Les élèves de l’Académie Marcet mangent avant de jouer un match contre le Saragosse.

En général, le régime idéal du footballeur n’est pas loin de ce que devraient suivre ceux qui veulent prendre soin d’eux-mêmes. Il s’agit de rechercher le bon équilibre nutritionnel en fonction de la demande énergétique de chacun, en accordant la priorité aux glucides et aux protéines de haute valeur biologique en phase de récupération. Il est également important d’éliminer les graisses moins saines, de calculer un apport correct de liquide pour éviter la déshydratation et de prendre en compte l’apport indispensable en vitamines, minéraux et fibres. L’équilibre de ces éléments est la clé de la diète parfaite. C’est pourquoi il est important que les footballeurs commencent dès que possible à reconnaître les caractéristiques nutritionnelles de tous les aliments qu’ils consomment.

“La passion des enfants pour le football devrait être un tremplin pour leur apprendre à manger sainement”, déclare Alberto Dolci, responsable de la nutrition à MilanLab, le centre de recherche scientifique de l’AC Milan. “Les joueurs en âge de croissance devraient regarder comment mangent leurs idoles. Il est parfois plus facile de remarquer les comportements dont les médias s’emparent mais la vérité est que quasi tous les professionnels du football sont très conscients de leur régime alimentaire. Une habitude qui reste une fois le joueur à la retraite. C’est pourquoi leur conscience nutritionnelle exemplaire devrait être un modèle pour les plus jeunes.”

“Nous ne voulons pas que nos élèves deviennent obsédés par leur poids, car ils sont des athlètes en phase de développement physique”

Bien entendu, il est également important de ne pas se tourner vers les extrêmes en devenant restrictif. “Une cantine doit offrir de tout”, explique Sugranyes, chargé de calculer les valeurs nutritionnelles de tous les plats servis à l’Académie Marcet. “Nous ne voulons pas que nos élèves deviennent obsédés par leur poids, car ils sont des athlètes et qu’ils sont également en phase de croissance et de développement physique. Ce n’est pas grave s’ils mangent frit deux fois par semaine, car ils brûlent beaucoup de calories et peuvent se faire plaisir. Il est important qu’ils comprennent qu’il s’agit d’exceptions, d’une consommation occasionnelle qui, à aucun moment, ne peut être quotidienne”.

Le plus important est qu’ils le comprennent par eux-même. Dans la nourriture, la frustration ne fonctionne pas : elle est contreproductive. Le rôle du nutritionniste doit être d’informer et d’éduquer sans forcer. C’est ainsi que Sugranyes explique : “Mon travail consiste à apprendre à nos étudiants à interpréter correctement leurs besoins nutritionnels de manière à ce qu’ils aient la liberté de décider comment se nourrir eux-mêmes.” Lorsqu’ils seront des joueurs de football professionnels, ils n’auront pas quelqu’un qui leur dise quoi manger et quoi éviter”… Le choix sera toujours entre leurs mains. C’est pourquoi il est important de leur fournir les directives nécessaires dont ils auront besoin tout au long de leur carrière.”

SHARE