Marcet mène une étude dans 100 pays afin de diagnostiquer l’état réel du football classique et améliorer ses pratiques éducatives.

L’intuition a toujours été le principal outil utilisé par les entraîneurs dans le football classique. Cependant, il y a encore beaucoup de techniciens qui continuent à agir sans que leurs décisions soit basées sur des données objectives. Cependant, de plus en plus d’entraînements sportifs sont faits avec modèle pédagogique basé sur des preuves scientifiques. En effet, tout comme dans les autres sports, le processus d’apprentissage du football peut être expliqué et prédit à travers l’étude de données objectives.

La première étape pour avancer sur cette voie est précisément la collecte d’informations fiables. Avec cet objectif, l’Université de Football Marcet a jugé comme fondamentale la conception et la mise en œuvre d’une enquête scientifique permettant de diagnostiquer de manière comparative l’état réel du football formatif dans le monde. Une initiative visant à transformer le « sport roi » afin d’améliorer les pratiques éducatives.

Au cours de l’enquête, tous les acteurs participant à l’entraînement au football sont évalués : joueurs en formation, parents, entraîneurs et dirigeants. Plus précisément, l’exploration scientifique sera réalisée au moyen de l’échantillon suivant :

  • 50 000 joueurs en formation entre 6 et 18 ans
  • 30 000 parents d’enfants footballeurs
  • 10 000 entraîneurs
  • 3 000 dirigeants
  • 100 pays différents des cinq continents

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la recherche-action participative, son objectif étant de produire un réel changement dans la gestion du football classique, en créant un Programme d’Intervention destiné à répondre à la fois aux problèmes méthodologiques et au manque actuel d’outils spécifiques permettant aux enfants et aux jeunes d’acquérir, à travers le football, les compétences dont ils auront besoin une fois adultes.

L’élaboration scientifique d’un modèle pédagogique pour l’apprentissage du football précise des données concrètes de la situation, des caractéristiques et de l’efficacité de l’entraînement du football dans le monde.

La gestion du football va beaucoup changer dans les années à venir grâce à l’application de technologies intelligent dans tous ses domaines. Cela mettra en évidence l’inefficacité et la mauvaise gestion s’il y a. L’intuition est en passe de devenir le principal outil de prise de décision dans entraîneurs, enseignants, analystes, formateurs, directeurs techniques, gestionnaires, dirigeants et présidents du monde du sport roi.

L’un des défis à venir est d’utiliser la recherche scientifique, d’être systématique et d’opposer des raisonnements avec les données que la réalité vous offre. Le processus d’entraînement dans ce sport peut être expliqué, voire prédit, en étudiant les données autour du football. La majorité des dirigeants de football qui s’entraînent continuent de faire ce que ils ont toujours fait fait ainsi sans se demander pourquoi. Dans les entraînements de football, les données sont nécessaire pour être efficace dans le processus de formation des jeunes joueurs; en étudiant els chiffres, il se comprend et s’enseigne mieux.

 

Comment cela influence-t-il le développement du football d’un pays, en particulier l’efficacité de la formation, le degré de connexion, la concentration, la périphérie et la distance au cœur du football européen occidental ?

Les zones rurales du monde entier se vident, les gens ont tendance à vivre dans de grandes villes qui sont pour la plupart du temps sales, surpeuplées et trop chères. Pourquoi ? Ils veulent s’intégrer dans les réseaux sociaux. Le rural est synonyme d’isolement et, au contraire les réseaux sociaux fournissent des contacts.

De la même manière que le cerveau travaille en établissant de nouveaux contacts entre les neurones et chaque synopsis génère une nouvelle pensée, également en tant qu’individus, nous devons nous positionner au centre du cluster afin d’établir plus de connexions.

L’un des problèmes les plus graves du football dans de nombreux pays est probablement l’isolement en relation avec le centre du développement de ce sport.
Jusqu’aux années 1930, le Royaume-Uni exportait ses connaissances du football par l’intermédiaire de ses entraîneurs. Entre 1930 et 1970, le Brésil et l’Uruguay ont remporté la majorité des coupes du monde. En 1970, ce royaume commence à se déplacer en Europe occidentale. Depuis lors, il est devenu le réseau le plus efficace du marché du football mondial.

En 2006, lors de la Coupe du monde de football en Allemagne, la domination de l’Europe sur le football mondial se reflète. Ils sont 400 millions d’habitants, soit 6% de la population mondiale. Pendant ce match, il n’y avait qu’une seule équipe d’Europe occidentale qui a perdu contre une autre région géographique (la Suisse contre l’Ukraine aux
penalties). Cette année-là, même le Brésil n’était pas à la hauteur des sélections du vieux continent. L’Argentine n’a pas gagné contre une équipe européenne lors d’un match ouvert lors d’une Coupe du Monde, depuis 1986, lors de laquelle elle a battu l’Allemagne, en 2010. Les grands pays hors de ce continent, tels que le Mexique, le Japon, les États-Unis et la Pologne, ne peuvent surmonter les petits pays d’Europe occidentale tels que le Portugal, les Pays-Bas ou la Suède.

Fabio Cannavaro levanta la Copa del Mundo en el Mundial de Alemania 2006.
Fabio Cannavaro levanta la Copa del Mundo en el Mundial de Alemania 2006.

 

L’Europe occidentale a un climat chaud et pluvieux qui rend la terre fertile et permet à des centaines de millions de personnes d’habiter un territoire réduit géographiquement et qui crée des réseaux. Vous pouvez prendre votre petit-déjeuner à Barcelone, manger à Paris et dîner à Rome le même jour : plus de vingt pays à moins de deux heures. Vingt cultures, langues et styles différents à jouer, mais avec les mêmes racines communes de football associatif qui facilitent l’échange de connaissances entre entraîneurs et joueurs européens. C’est le réseau le plus dense au monde. En Amérique, Asie, Océanie, l’isolement est notoire.

L’Union européenne (UE) a supprimé les frontières et la région est devenue la plus intégrée de l’histoire. De nombreux footballeurs européens trouvent du travail dans un autre pays du continent, principalement parce que la télévision fait connaître leurs compétences aux responsables et leaders de toute l’Europe

La Ligue des Champions a transformé le vieux continent en un marché uniques de joueurs et a permis de tisser un réseau dense de talents. Cela permet au football d’Europe occidentale de devenir le meilleur de cette époque, un sport rapide pratiqué par des athlètes, où rare est l’occasion pour les joueurs de dribbler ou de tenir le ballon plus de 2 secondes et où les passes sont immédiates. Ce n’est pas le jeu le plus spectaculaire (les dribbles sont toujours plus colorés) mais le plus efficace. Aujourd’hui, les meilleures équipes du monde jouent comme ça. Même le Brésil a adopté ce style dans les années 90. Ils ont toujours plus de talent que les Européens, mais maintenant, ils essaient de jouer à leur rythme.

Tout indique que le fait d’être en dehors des relations de football de l’Europe occidentale est fatal pour les opportunités footballistique d’un pays:

  • Les cinq pays centraux de l’Europe occidentale ont remporté 12 championnats entre les coupes d’Europe et les championnats du monde.
  • Les pays situés aux extrêmes géographiques de l’Europe, tels que l’Angleterre, les anciens pays du bloc soviétique, les pays scandinaves, ont remporté un seul tournoi parmi eux. La Belgique, un pays situé au cœur de l’Europe occidentale, a disputé autant de finales que le Royaume-Uni, l’Ukraine, la Pologne et la Turquie.
  • Tous les pays d’Europe occidentale, du Portugal (ouest) à la Slovénie (est), comptant plus de 1 000 000 d’habitants, se sont qualifiés pour la Coupe du monde 2010; les pays qui n’ont pas réussi à se classer sont pour la plupart situés aux marges du continent: les petites nations des îles britanniques, les pays scandinaves situés au nord de la mer Baltique et de la mer du Nord, toutes les anciennes républiques soviétiques, la plupart des autres de l’Europe de l’Est plus la Turquie.
  • Il semble que les pays très éloignés de ce « centre » ne soient pas en contact avec le football européen à la tête de cette époque. Nombre de ces pays périphériques ont adopté des styles de football autochtones et dysfonctionnels. Les Turcs, par exemple, marchandent excessivement. D’autre part, le jeu des Britanniques est basé sur un coup de pied absurde et change beaucoup.

 

La performance de l’équipe nationale d’un pays dépend-elle, en plus du modèle de formation, des revenus par habitant, de la population et des expériences internationales ?

Un moyen d’évaluer l’efficacité de l’entraînement du football d’un pays consiste à déterminer le niveau de performance acceptable. Pour ce faire, vous devez tenir compte de votre expérience des matches internationaux, du revenu par habitant et de la taille de la population, afin de comparer cette attente de performance avec la réalité.
Il serait injuste de s’attendre à ce que la Lituanie joue aussi bien qu’un pays beaucoup plus grand, doté d’une plus grande expérience internationale et d’une richesse comparable à celle de l’Allemagne.

Des pays comme le Honduras ou Malte ne remporteront jamais une Coupe du monde. pour eux, le seul moyen logique d’évaluer les performances repose sur une analyse du degré d’efficacité avec lequel leurs ressources limitées sont utilisées.

De cette manière, nous pouvons définir le succès comme l’atteinte des objectifs définis. Par conséquent, nous souhaitons savoir dans quelle mesure le succès d’une équipe nationale peut s’expliquer par la quantité d’expérience internationale, la richesse et le volume de la population d’un pays, ainsi que par le degré d’implication et de proximité du football de l’Europe occidentale.

 

Existe-t-il des nationalités surévaluées sur le marché ?

Il y a des nationalités surestimées sur le marché du football. Les clubs paient plus d’argent si le joueur vient d’un pays à la mode, comme le Brésil, l’Argentine ou la Hollande.
La nationalité la plus citée sur le marché des transferts est celle du Brésil. L’expression « joueur de football brésilien » est équivalente aux expressions « chef français » ou « moine tibétain ». La nationalité exprime une apparence d’autorité et une vocation innée au travail, quelles que soient ses capacités naturelles.

C’est triste à dire, mais il est beaucoup plus facile de vendre un joueur brésilien pathétique qu’un excellent Hondurien. Nous voulons montrer que si la formation de football d’un pays est adéquate, un club intelligent achètera des joueurs de nationalités moins prisées (comme, par exemple, les Boliviens, les Haïtiens, les Panaméens et les Lettons) à des prix inférieurs.

 

Pourquoi dans le football, les brillants adolescents disparaissent généralement après une courte période et n’atteignent pas réussir en tant que professionnels ?

Si nous analysons les données des championnats du monde U17, nous confirmons cette hypothèse de travail : Philip Osundo, du Nigéria; William de Oliveira du Brésil; Nii Lamptey, du Ghana; le gardien écossais James Will et l’Omanais Mohamed Al Kathiri. Bien sûr, ils étaient tous brillants, mais à l’âge adulte, aucun ne se démarquait (Will était devenu policier dans les Highlands écossais, jouant pour l’équipe de son village).

L’Américain Freddy Adu, qui a 14 ans, est considéré comme le successeur de Pelé et de Maradona, n’a convaincu aucune équipe en Europe, où il avait erré pendant quatre ans. En 2017, il est à court d’équipement et a réussi à ouvrir une vrèche au Las Vegas Lights FC.

Seules une poignée de joueurs de classe mondiale de chaque génération (et la plupart d’entre eux des créateurs) – Pelé, Maradona, Wayne Rooney – atteignent le sommet avant d’avoir 18 ans. La plupart des joueurs arrivent au succès beaucoup plus tard. Il n’est possible d’être sûr de leur potentiel que quand ils seront plus âgés. Est-ce un problème de méthode formative des différents pays ? Qu’est-ce qu’on leur enseigne et comment les adolescents du monde entier deviennent-ils des hommes ?

 

Rejetez-vous le football à la classe moyenne et aux étudiants ?

Nous avons choisi – pour établir notre hypothèse – le cas de l’Angleterre, en tant qu’inventeur du football, mais le modèle peut être extrapolé, avec de légères variations, à de nombreux pays du monde.

Un des problèmes du football anglais est ce qui se passe avant que les meilleurs joueurs britanniques atteignent la Premier League. Ceux qui arrivent au sommet appartiennent en grande partie à un seul groupe social étroit : la classe ouvrière traditionnelle. La classe moyenne du pays est pratiquement exclue du football professionnel. C’est un obstacle pour l’équipe nationale.

Il existe de nombreuses façons de classer dans quelle classe sociale une personne est née, mais le métier du père est un bon indicateur. Nous regardons les parents des joueurs anglais des Coupes du monde 1998, 2002 et 2006 : David Batty (éboueur), David Beckham (technicien en chauffage), Joe Cole (marchand de fruits), Sbol Campbell (cheminot), Robbie Fowler (chemin de fer), Steven Gerrad (maçon), Emili Heskey (videur en boite), Paul Ince (cheminot), Paul Merson (mineur), Wayne Roonye (travailleur, la plupart du temps au chômage), David Saeman (assistant mécanique), Teddy Sheringham (police), Jonh Terry (auxilière mécanique), Darius Vasell (ouvrier d’usine).

David Beckham con la camiseta de la Selección de Inglaterra.
David Beckham avec le maillot de l’équipe d’Angleterre.

Seuls cinq joueurs sur les 34 inscrits sur la liste – Crouch, James, Lee, Southgate et Walcott – avaient des parents qui exerçaient des professions qui exigeaient d’étudier à partir de 16 ans. Si nous définissons la classe en fonction de la profession, alors 15% des joueurs anglais de cet échantillon avaient une origine « moyenne ».

La dépendance du football anglais a beaucoup de talents provenant en grande partie de la classe ouvrière qui n’était que modérément dommageable dans le passé. La majorité des Anglais étaient des ouvriers. À la fin des années 1980, 70% des Britanniques ont abandonné l’école à l’âge de 16 ans pour se livrer à des métiers manuels. Actuellement, plus de 70% des habitants poursuivent leurs études après l’âge de 16 ans. Plus de 40% ont accès à l’enseignement supérieur. De plus en plus, la Grande-Bretagne est un pays de la classe moyenne. Étant donné que le football continue de recruter de nombreux membres de la classe ouvrière traditionnelle, il exclut un secteur de plus en plus vaste de la population. C’est sans aucun doute un frein pour l’équipe nationale anglaise.

Un autre problème pour l’île était que ses classes ouvrières avaient tendance à considérer le football comme une matière apprise par la pratique, et non à ce que les enseignants puissent enseigner avec des diplômes et une méthodologie. C’était l’attitude à laquelle on pouvait s’attendre d’une industrie dans laquelle peu de personnes bénéficiaient d’une éducation formelle. C’était comme si recevoir une éducation était embarrassant.

Il existe encore une coutume de classe qui isole le football professionnel britannique de la classe moyenne. C’est ce que l’on pourrait appeler ‘l’exigence anti-éducation’. La plupart des footballeurs anglais quittent encore l’école à 16 ans. L’idée qu’ils ne peuvent se concentrer que sur le sport est maintenue. Il n’est pas tenu compte du fait que les footballeurs ne sont pas trop occupés pour ne pas étudier. Ils s’entraînent rarement plus de deux heures par jour. Il semble plutôt que les études ne soient pas très bien vues.

De ce fait, le football anglais n’accueille toujours pas les adolescents de la classe moyenne. Les quelques footballeurs adolescents qui souhaitent étudier ont tendance à renoncer à être des professionnels parce qu’ils en ont assez d’écouter les sermons d’entraîneurs sans études. En tant que «classe moyenne», ils se sentent étrangers et moqués car ils appartiennent à une école privée ou parce qu’ils ne comprennent pas du tout la mode de la rue.

Cette situation s’est particulièrement aggravée car il est de plus en plus évident que les talents sportifs et académiques sont liés. Les meilleurs athlètes ont des réactions mentales rapides qui, si elles sont bien gérées, génèrent des vrais intellects.

En bref : l’Angleterre ne produit pas de meilleurs footballeurs que les pays pauvres. Au lieu d’essayer d’exclure les étrangers du football anglais, il serait plus judicieux d’inclure davantage de Britanniques de la classe moyenne.

 

Les pays pauvres sont-ils meilleurs au football que les pays riches ?

Il existe un mythe selon lequel les pauvres, d’une certaine manière, sont mieux préparés à être de meilleurs athlètes que les riches ou la classe moyenne. Un cliché souvent utilisé à cet égard est que le sport est leur « seul échappatoire à la pauvreté ». On suppose que les pauvres ont plus de faim « métaphorique » que les riches. Selon la race, des dons génétiques supérieurs sont parfois attribués. Et la preuve que les pauvres se démarquent dans le monde du sport semble être sous nos yeux.

L’Angleterre n’est pas la seule équipe nationale dominée par des joueurs issus de milieux défavorisés. Depuis les années 1990, la France a eu recours, en général, à une majorité d’acteurs issus de leurs pauvres colonies et de quelques internationaux brésiliens, sont des enfants d’avocats d’affaires. La plupart des meilleurs joueurs du monde ont débuté avec peu de ressources : des Sud-Américains comme Maradona, qui depuis son plus jeune âge s’est presque noyé dans un cloaque, des Africains comme Eto’o ou des émigrés européens comme Zidane ou Ibrahimovic, qui ont grandi dans certains quartiers. Il semble que la meilleure préparation à la grandeur du football est une enfance pauvre.

Cependant, nous maintenons dans ce document que ce n’est pas le cas. Les faits montrent que les gens ou les pays pauvres sont moins bien lotis que les riches ou les classes moyennes. Il est vrai que souvent les immigrants les plus pauvres vivant dans les pays riches excellent dans le sport, mais les raisons qui expliquent cette situation n’ont rien à voir avec la couleur de la peau ou la « faim ».

Comment se fait-il que nombre des meilleurs footballeurs européens – Zidane, Drogba, Ibrahimovic, Rooney, Cristiano Ronaldo – venaient des quartiers les plus pauvres d’Europe ?
Ce n’est pas parce que les enfants du ghetto ont le désir insatiable de réussir. Si c’était le cas, ils performeraient davantage à l’école et dans des emplois autres que le football. Dans leur enfance, il devait y avoir quelque chose qui les prédisposait particulièrement au football. C’était la pratique.

Le neurologue Daniel Levitin déclare que, pour acquérir la maîtrise de n’importe quel domaine, une personne a besoin – au moins – de 10 000 heures de pratique : « étude après étude, sur les compositeurs, les basketteurs, les écrivains de fiction, les patineurs sur glace, les pianistes de concert, piano, joueurs d’échecs, génies du crime, ce numéro de 10 000 heures est publié encore et encore … personne n’a encore vu un cas dans lequel une véritable compétence de calibre mondial a été acquise en moins de temps ».

Dans le football, les garçons les plus pauvres sont ceux qui ont le plus de chances d’atteindre ces 10 000 heures. Leurs maisons sont généralement très petites, ce qui les oblige à passer du temps à l’extérieur. Ils se rencontrent dans la rue et jouent au football. Vos parents risquent peut-être moins de faire leurs devoirs que certains parents de la classe moyenne. En outre, ils ont moins d’argent à investir d’autres loisirs. Une constante des autobiographies de joueurs de football est une enfance monothématique, jouant sans s’arrêter, même dormant avec le ballon. Quand ces garçons avaient environ 15 ans, ils jouaient beaucoup mieux que les enfants de la classe moyenne.

 

La mondialisation contribue-t-elle à améliorer l’entraînement du football ?

Pour obtenir l’expérience dont nous avons parlé dans la question précédente, il existe un raccourci : importez-la. La Turquie a commencé ce processus d’importation en juin 1984, lorsque l’Espagne a éliminé l’Allemagne de l’Ouest du championnat d’Europe. Les Allemands ont renvoyé leur entraîneur, Jupp Derwall. Cette signature immédiate de Galatasray a commencé à importer de la Turquie le style du football de l’Europe occidentale et les joueurs de football turcs ont commencé à se développer sérieusement en tant que joueurs; La télévision turque a commencé à retransmettre les matches des principales ligues européennes, les spectateurs ont découvert ce que c’était que de passer le ballon.

El entrenador alemán Jupp Derwall.
L’entraîneur allemand Jupp Derwall.

 

Avant l’arrivée de Derwal, le joueur turc moyen était un dribbleur égoïste. Derwall a envoyé les joueurs turcs Galatasaray nés en Allemagne physiquement mieux préparés que ceux nés en Turquie, grâce à un régime alimentaire plus complet et à un entraînement en tant qu’Allemand. Aucune autre équipe nationale de l’UEFA ne compte autant de joueurs ayant grandi dans d’autres pays de la région.

En bref, la mondialisation a sauvé le football turc. Ils ont réalisé quelque chose que tous les pays éloignés de l’épicentre devraient savoir : la meilleure façon de jouer au football est de combiner la défense italienne avec l’éthique de travail allemande et la manière de passer à l’espagnole ou à la néerlandaise. C’est-à-dire, procurez-vous un style européen.
Au football, les styles nationaux ne fonctionnent pas; Il n’est pas possible de gagner des matchs internationaux en jouant à la manière turque traditionnelle. Vous devez jouer au football en Europe occidentale.

La Turquie a été l’un des premiers pays à avoir suffisamment de courage pour se débarrasser de sa culture de football traditionnelle. La plupart des pays situés en marge de l’Europe – et ceux du reste du monde éloignés de l’épicentre européen – avaient ou avaient leurs propres styles de jeu et leurs dysfonctionnements. La Grèce, La Turquie et le Portugal, par exemple, ont préféré dribbler sans but, tandis que les Britanniques et les Scandinaves ont donné des coups de pied et ont couru. Le style australien (avant l’arrivée du Néerlandais Hiddink) consistait en un entraînement intensif et en un jeu intense, puis en relaxant la nuit en buvant des bières au bar de l’hôtel. Petit à petit, ils ont reconnu que ces styles ne fonctionnaient pas et ont vite compris qu’ils devaient penser comme les Espagnols et les Hollandais. Ne cours pas où la balle est. Faites les bonnes choses au lieu de faire beaucoup de choses. Soyez libres et créatifs. Faites des passes plus risquées. Passez à de nouveaux postes sans avoir à consulter l’entraîneur.

En bref, comprenez le jeu du football de la main d’authentiques spécialistes de l’Europe occidentale. C’est le meilleur raccourci pour acquérir une expérience internationale.

À l’Université de football Marcet, la conception et la mise en œuvre de recherches scientifiques visant à établir un diagnostic comparatif de l’état réel de la formation au football dans le monde sont considérées comme fondamentales.

Cette recherche a pour objectif de répondre notamment aux questions suivantes :

1. Les jeunes acquièrent-ils, par le biais d’une formation au football, les compétences dont ils auront besoin à l’âge adulte ?
2. Comment le degré de connexion, la concentration, la périphérie et la distance au cœur du football occidental européen influencent-ils le développement du football d’un pays (en particulier l’efficacité de la formation) ?
3. La performance de l’équipe nationale d’un pays dépend-elle, outre le modèle de formation, du revenu par habitant, de la population et de l’expérience internationale ?
4. Y a-t-il des nationalités surévaluées sur le marché du football ?
5. Pourquoi, dans le football, les adolescents brillants disparaissent généralement après une courte période et ne réussissent pas en tant que professionnels ?
6. Rejetez-vous le football auprès de la classe moyenne et des étudiants ?
7. Les pays pauvres sont-ils meilleurs au football que les pays riches ?
8. La mondialisation contribue-t-elle à améliorer la formation au football ?
9. Les entraîneurs savent-ils clairement ce dont ils ont besoin pour que leurs joueurs apprennent à améliorer leur future employabilité ?
10. Dans le football, faut-il s’entraîner avec des méthodes pédagogiques ou avec la simple intuition des entraîneurs, en plus des dernières choses qu’ils ont vu sur Internet ?
11. Les footballeurs comprennent-ils vraiment le football ?
12. La créativité et l’intelligence des joueurs sont-elles encouragées ?
13. Les entraîneurs sont-ils une illumination ou plutôt une limite pour le développement des capacités de leurs joueurs ?
14. Le joueur en construction est-il l’axe et le centre des processus d’entraînement ou, au contraire, l’entraîneur ne souhaite-t-il démontrer que ce qu’il pense savoir ?
15. Les parents de footballeurs participent-ils réellement au développement des valeurs de leurs enfants ?
16. Les entraîneurs et les dirigeants d’institutions de formation de football tiennent-ils vraiment à la transmission des valeurs par le football ?

Dans cette enquête, tous les agents participant à l’entraînement de football sont soumis à une évaluation (joueurs en formation, parents, entraîneurs et dirigeants):

  • 50 000 joueurs en formation entre 6 et 18 ans
  • 30 000 parents d’enfants footballeurs
  • 10 000 entraîneurs
  • 3 000 dirigeants
  • 100 pays différents des cinq continents

Ces 50 000 joueurs en formation participeront à différentes activités de formation dans leur environnement qui seront développées dans 100 pays différents. Elles auront une durée minimale de 15 heures et seront pratiquées sur le terrain doublées par des techniciens spécialisés de Marcet.

Toutes leurs forces et leurs faiblesses seront diagnostiquées grâce à la même évaluation systématique, objective et technologiquement intelligente, avec des ressources didactiques numériques et des expertomètres.

Les résultats de ces 50 000 évaluations alimentent un programme informatisé qui prépare une analyse comparative prenant en compte toutes les variables.

Ces mêmes joueurs en formation rempliront des questionnaires spécialement conçus pour tout âge afin de fournir des données précises aux chercheurs dans leurs conclusions.
Les parents, les entraîneurs et les responsables participent à travers des questionnaires réalisés avec les dernières techniques de fiabilité statistique, sociologique et psychologique.

Un entrenamiento de fútbol base en las instalaciones Marcet de Barcelona.
Un entraînement de football dans les installations Marcet à Barcelone.

 

Les 50 000 joueurs participent aux actions de formation du Modèle Pédagogique Marcet pour poursuivre l’évaluation. Le vice-recteur de l’innovation pédagogique de l’Université de football Marcet a mis au point le modèle pédagogique d’apprentissage Marcet du football intelligent, axé sur « l’apprenti footballeur », afin qu’il développe toutes ses capacités authentiques et ne s’arrête pas aux limites possibles de l’enseignant.

Chaque enseignant Marcet veut que ses élèves deviennent meilleurs que lui. L’important n’est pas de montrer ce que l’enseignant sait, mais d’éclairer l’apprenti pour qu’il tire ses propres conclusions.

La méthode générale pour réaliser ce « modèle pédagogique Marcet » est la Méthode Didactique Marcet, qui offre une efficacité maximale dans le processus d’apprentissage du football intelligent:

1.- Identification. Identifier les compétences, les connaissances, les attitudes et les valeurs qui, dans 10 ans, seront exigées par les directeurs sportifs et les dirigeants des clubs professionnels des meilleures ligues de football d’Europe occidentale pour les engager. Cette identification est le résultat d’un travail continu. Elle est donc constamment mise à jour au fur et à mesure de l’évolution de la réalité étudiée.

2.- Pondération. Nous déterminons pour chacune des compétences, connaissances, capacités et valeurs identifiées un poids spécifique en rapport à la spécialité et à la position du joueur sur le terrain.

3.- Analyse. Pour faciliter l’apprentissage et l’évaluation, les compétences, connaissances, compétences et valeurs identifiées sont décomposées et disséquées en comportements très spécifiques et détaillés, de sorte que l’enseignant et l’évaluateur doivent uniquement vérifier si l’élève fait quelque chose ou non, et avec quel degré d’intensité (jamais, parfois, souvent, toujours).

 

Niveau 1. Être capable de jouer au football (le joueur seulement avec le ballon) – Objectifs techniques individuels
Niveau 2. Pouvoir jouer ensemble (le joueur par rapport à ses coéquipiers) – Objectifs techniques collectifs
Niveau 3. Savoir jouer (le joueur uniquement en ce qui concerne les adversaires) – Objectifs techniques et tactiques individuels: Comprendre le football
Niveau 4. Savoir jouer ensemble (le joueur avec ses coéquipiers joue contre l’équipe rivale) – Objectifs tactiques collectifs: Maîtriser le football

 

4.- Évaluation Matrix initiale. Déterminer la situation et le niveau réel de l’élève dans chacune des compétences, connaissances, aptitudes et valeurs de son processus d’apprentissage.

5.- Détermination des objectifs personnalisés pour chaque élève. Nous décidons avec chaque élève quelles compétences, connaissances, compétences et valeurs nous souhaitons améliorer et acquérir (nominatif).

6.- Planification. Déterminer des stratégies d’apprentissage personnalisées. Comment et quand amener l’étudiant à atteindre les objectifs fixés. Nous programmons des actions de formation spécifiques grâce à un plan déterminé.

7.- Action. Mettre la stratégie en pratique à travers des exercices, des jeux et des activités planifiées.

8.- Réaction. Nous évaluons avec chaque élève les erreurs faites pendant l’action afin de la répéter (réaction) avec les corrections appropriées auxquelles l’étudiant est arrivé par ses propres conclusions. Agir par conviction, pas par instruction. Le professeur Marcet ne fait que l’induire et l’éclairer. Si nous réalisons que l’élève ne peut pas atteindre les objectifs visés, nous changerons immédiatement – et autant de fois que nécessaire – les stratégies planifiées par de nouvelles pour s’adapter au processus cognitif de chaque élève.

9.- Évaluation Matrix. Une fois que le délai fixé pour atteindre un objectif est arrivé à terme, l’étudiant est évalué pour voir dans quelle mesure il l’a atteint. Lorsque le résultat est satisfaisant, nous établissons de nouveaux objectifs.

10.- Visualisation des résultats. Avec l’évaluation de la Matrice, l’étudiant est conscient d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences : il est ainsi motivé pour continuer son apprentissage avec assiduité et une attitude positive.

11.- Détermination de nouveaux objectifs. L’enseignant et l’élève établissent en permanence les nouveaux défis et objectifs que l’élève doit atteindre. Le processus est répété pour chaque action formatrice. C’est le cercle de l’excellence.

 

Mettre en œuvre la méthode didactique Marcet dans un contexte spécifique en tenant compte des capacités d’un groupe spécifique d’élèves, de leur âge, de leur expérience, de leur culture de football, de leur pays d’origine … Les différentes méthodologies d’enseignement de Marcet sont utilisées. Adapter la méthode Marcet a toutes les variables d’un projet international et interculturel. C’est tout comme faire un costume sur mesure. Dans chaque projet d’apprentissage Marcet, les dernières avancées mondiales en matière de ressources pédagogiques sont utilisées (technologies intelligentes, matériels et caméras de pointe, espaces de jeu adéquats.

L’enquête est une technique de collecte de données qui utilise un instrument, le questionnaire, pour enregistrer les manifestations des sujets étudiés. Le questionnaire est l’outil le plus universel dans le domaine des sciences sociales, car il est très efficace pour obtenir des informations de base, qu’il est facile et simple à remplir, qu’il permet de répondre rapidement à un grand nombre de questions et que les informations sont quantifiables.

L’enquête utilisée est volontaire et anonyme. Les questions ont été abordées dans l’enquête au moyen d’éléments avec réponses fermées à choix multiples (catégorisées et classées) et réponses ouvertes.

Enquête auprès de 5 000 entraîneurs actifs de formation de football

Le but de cette enquête était de mieux connaître :

● Le profil de la formation des entraîneurs de football de chacun des pays étudiés (âge, sexe, formation académique, entraînement sportif, années d’expérience en tant qu’entraîneur, niveau de pratique atteint …).
● Les caractéristiques générales des entraîneurs de football, leur façon de travailler dans l’éducation aux valeurs avec leurs équipes de football et avec les parents de leurs joueurs et l’intérêt manifesté par les entraîneurs pour l’éducation aux valeurs par le football et quel niveau de valeurs montrent les entraîneurs eux-mêmes.
● La perception personnelle qu’ils ont des connaissances, des compétences, des attitudes et des valeurs de leurs joueurs de football.
● La perception personnelle qu’ils ont des connaissances, des compétences, des attitudes et des valeurs d’eux-mêmes.

 

Enquête auprès de 20 000 parents d’enfants actifs en formation de footbal

Le but de cette enquête était de mieux connaître :

● Le profil des parents dans chacun des pays étudiés (âge, sexe, formation académique, entraînement sportif, profession, niveau culturel …)
● Les caractéristiques générales des parents ayant des enfants actifs dans la formation de football, le fonctionnement de l’éducation aux valeurs pour leurs enfants, l’intérêt que les parents manifestent pour l’éducation aux valeurs par le football et le niveau de valeurs que les parents eux-mêmes manifestent.
● La perception personnelle qu’ils ont des connaissances, des compétences, des attitudes et des valeurs de leurs enfants dans le football
● La perception personnelle qu’ils ont des connaissances, des compétences, des attitudes et des valeurs des entraîneurs de leurs enfants.

 

Encuesta a 2.000 directivos de clubes, academias y otras instituciones relacionadas con el Fútbol Formación

Le but de cette enquête était de mieux connaître :

● Le profil des managers dans chacun des pays étudiés (âge, sexe, formation académique, entraînement sportif, profession, années d’expérience, niveau culturel …)
● Les caractéristiques générales des dirigeants, le fonctionnement de l’éducation aux valeurs dans leurs institutions, l’intérêt qu’ils manifestent pour l’éducation aux valeurs par le football et le niveau de valeurs affiché par les dirigeants eux-mêmes.
● La perception personnelle qu’ils ont des connaissances, des compétences, des attitudes et des valeurs de leurs entraîneurs.

 

Enquête sur 40 000 joueurs âgés de 8 à 18 ans (s’adapte à l’âge)

Le but de cette enquête était de mieux connaître :

● Le profil des acteurs dans chacun des pays étudiés (âge, sexe, formation académique, niveau économique, professions, parents, environnement, niveau culturel, expérience sportive)
international …)
● Les caractéristiques générales des joueurs, le fonctionnement de l’éducation aux valeurs dans leurs institutions, l’intérêt qu’ils manifestent pour l’éducation aux valeurs par le football et le niveau de valeurs montré par les joueurs eux-mêmes.
● La perception personnelle qu’ils ont des connaissances, des compétences, des attitudes et des valeurs de leurs entraîneurs.
● La perception personnelle qu’ils ont de la connaissance, des compétences, des attitudes et des valeurs d’eux-mêmes….

Plan de recherche : approche méthodologique de la recherche-action

La recherche s’inscrit dans le cadre de la recherche action et plus particulièrement de la recherche action participative, dans la mesure où elle vise la transformation sociale par le sport d’un échantillon de 5 000 joueurs originaires de 100 pays différents des cinq continents.

La recherche-action fait référence à une série de stratégies mises en œuvre pour améliorer le système éducatif et social, qui peuvent être définies comme suit : « Une forme d’auto-enquête réflexive menée par ceux qui participent (par exemple enseignants, étudiants ou cadres) à des situations sociales (y compris éducatives) pour améliorer la rationalité et la justice de :

  • a) leurs propres pratiques sociales ou éducatives;
  • b) leur compréhension d’eux;
  • c) les situations et les institutions dans lesquelles ces pratiques sont mises en œuvre (salles de classe ou écoles, par exemple) ».

Dans ce cas, l’entraîneur, le joueur et le chercheur effectuent une enquête réflexive dans des situations sociales et éducatives afin d’améliorer les pratiques dans les vestiaires et sur le terrain de jeu où le football est pratiqué.

● La recherche-action est une expérience concrète et fait partie d’un monde réel. C’est une expérience avec des entraîneurs et des joueurs de 100 pays sur cinq continents.
● Les chercheurs ne travaillent pas avec des groupes artificiels composés d’individus socialement isolés, mais avec des groupes réels dans leur contexte habituel.
● Il implique la création de groupes de réflexion autocritiques engagés dans l’objectif de transformer la réalité sociale et éducative selon une conception partagée par ses membres sur les valeurs humaines. Chacune des équipes de football de recherche réfléchit et travaille dans le but de transformer leur réalité par l’éducation aux valeurs. Cela renforce et maintient le sens de la communauté et vise à promouvoir le bien du groupe.
● Il a un caractère participatif et démocratique. Créer des communautés autocritiques, où tous les participants assument progressivement des responsabilités dans le processus.
● Les chercheurs sont impliqués dans le processus. ils ne sont pas seulement des observateurs de la réalité, ils participent et agissent. Le chercheur et les entraîneurs ne se limitent pas à observer les joueurs et les différentes situations qui se produisent. En outre, ils participent avec eux et agissent en appliquant le programme d’intervention pour éduquer aux valeurs par le football.
● Elle implique la collaboration, la transformation et l’amélioration d’une réalité sociale dans son action éducative, dans la compréhension de la pratique par ceux qui la réalisent et dans la situation dans laquelle elle se produit. Le but de cette recherche est d’améliorer la réalité du football formatif à travers une intervention éducative.
● Le point de départ est dans la pratique elle-même. La recherche est construite sur et à partir de la réalité sociale, éducative et sportive des entraîneurs et des 5 000 joueurs de 100 pays, en tenant compte de leurs particularités, préoccupations, problèmes et difficultés qui les affectent.
● Elle utilise des techniques de recherche qualitatives et quantitatives, notamment des agendas, des entretiens, des questionnaires, des relevés d’observation, etc..
● Testez les pratiques, les idées et les hypothèses. La validité du programme d’intervention est vérifiée lors des séances pratiques.
● Son objectif final est l’amélioration de la pratique elle-même. La recherche suit une spirale introspective : une spirale de cycles de planification, d’action, d’observation et de réflexion.

Aux caractéristiques précédentes de la recherche-action, il faut ajouter les caractéristiques spécifiques de la recherche-action éducative :

● Elle se concentre sur la découverte et la résolution des problèmes rencontrés par les professeurs pour mettre en pratique leurs valeurs éducatives. Dans ce cas, c’est la découverte et la résolution des problèmes auxquels l’entraîneur de football est confronté afin de mettre en œuvre le modèle d’éducation aux valeurs.
● C’est une pratique réflexive où reflètent à la fois les personnes qui pratiquent la pratique (les entraîneurs des équipes) et les personnes auxquelles le programme d’intervention (les joueurs de football) est appliqué.
● Intégrer la théorie dans la pratique. Les théories éducatives sont considérées comme des systèmes de valeurs, les idées et les croyances ne représentant pas tant la forme propositionnelle que la pratique. Le développement de la théorie et l’amélioration de la pratique sont considérés comme un processus interdépendant.
● Cela implique un dialogue avec d’autres professionnels. Cela implique l’échange d’informations entre les entraîneurs et la préparation de rapports reflétant les changements survenus dans la pratique.

Un travail de ce type doit garantir les principes éthiques qui régissent les enquêtes avec des êtres humains. Pour cela, l’accès sera négocié avec les responsables des institutions, avec les participants (joueurs) et avec les parents ou tuteurs des joueurs. De plus, la confidentialité des données et le droit des participants de se retirer de l’enquête lorsqu’ils le jugent approprié sont garantis.

 

La recherche-action comme méthodologie d’étude

La recherche-action a été choisie comme méthode d’enquête pour plusieurs raisons. Effectuer des recherches dans un centre de formation, par cycles, dans le but d’améliorer la pratique pédagogique des entraîneurs et des joueurs de football est très intéressant et novateur.

La recherche action a été choisie car l’un des objectifs principaux est de réaliser un modèle d’intervention pour éduquer les valeurs et de reformuler ledit modèle à la recherche de l’amélioration du processus de tous ses participants (joueurs et entraîneurs).

Cette méthodologie permet d’avoir de la flexibilité et de pouvoir apporter des modifications au cours du processus, ce qui permet de commettre des erreurs, car elles constituent également une partie importante de la présente enquête afin d’améliorer le modèle d’intervention.

Le modèle d’intervention et la recherche-action sont tous deux caractérisés car :

● Ce sont des processus démocratiques participatifs.
● La réflexion, le dialogue et la responsabilité de groupe sont encouragés. La participation de tout le groupe est essentielle à la progression.
● Il y a des changements dans les pratiques éducatives et dans les personnes qui participent au processus.
● Il est approfondi et amélioré avec la pratique.
● répond à une conception sociale de l’éducation.

 

Justification qualitative et quantitative de la recherche

La recherche-action se caractérise par l’utilisation de techniques de recherche qualitative pour collecter systématiquement la réalité sociale à étudier, ainsi que par l’utilisation de techniques de recherche quantitative.

Dans cette étude, on utilise à la fois des techniques qualitatives et quantitatives, car elles sont complémentaires et permettent d’obtenir une étude beaucoup plus large de la réalité sociale que si une seule des techniques de recherche sera utilisée.

 

Conception méthodologique de la recherche

Le modèle distingue les phases suivantes:

1. Identification du problème. Description et interprétation du problème.
2. Proposition d’hypothèses d’action comme actions à mener pour changer la pratique.
3. Construction du plan d’action. C’est la première étape de l’action qui comprend

○ Revoir le problème initial et les actions concrètes.
○ La vision des moyens de commencer la prochaine étape et la planification des instruments pour avoir accès à l’information.

  1. Mise en œuvre de l’action.
  2. L’évaluation.
  3. La révision du plan général pour son amélioration.

 

Phases de la recherche

Identification initiale du problème. Conscients du manque de transmission des valeurs personnelles et sociales qui existaient chez les entraîneurs et les personnes travaillant dans le football formatif, la possibilité d’agir dans ce domaine a été évoquée afin de changer et d’améliorer la pratique éducative.

Diagnostic du problème. Une fois le problème identifié, et avant de mener l’intervention éducative, il était nécessaire de décrire ou d’expliquer la situation actuelle de la formation où il faut intervenir, afin d’obtenir des preuves qui serviraient de point de départ à l’enquête. À cette fin, une étude sera faite sur les entraîneurs de football des cinq continents (100 équipes) afin de connaître leur profil et leurs intérêts personnels en matière d’éducation aux valeurs par le football.

L’objectif de cette phase est d’analyser la situation sociale, le contexte dans lequel le football formateur de 100 pays a été inclus et les problèmes éventuels que peuvent rencontrer les entraîneurs, afin de détecter plus tard les besoins en matière d’enseignement et de pouvoir ainsi apporter une solution à ces problèmes.

Action stratégique. Après avoir analysé le problème, l’enquête auprès de 1 000 entraîneurs de football de 100 pays a permis de créer un programme d’intervention pour répondre au problème méthodologique, ainsi que le manuel du fair-play et de sportivité pour les entraîneurs de football pour répondre au problème de manque d’outils spécifiques pour éduquer les enfants et les jeunes à travers le football.

En outre, il est prévu de former les entraîneurs du groupe expérimental ayant participé à l’intervention en mettant en pratique le modèle. Le manuel comprend deux parties :

  1. La première partie, de nature théorique, expliquant ce qu’est le fair-play et l’esprit sportif, le rôle de l’entraîneur-éducateur, le rôle des parents, le concours pédagogique.
  1. La deuxième partie, de nature pratique, regroupait différentes techniques et stratégies pédagogiques pour éduquer les valeurs par le football.

Qu’est-ce qu’un programme d’entraînement de football ?

Un programme est « tout plan d’action systématique pour la réalisation d’un objectif ou d’un ensemble d’objectifs dans l’entraînement de football ». Dans un programme d’entraînement de football doivent s’intégrer des composantes aussi diverses que le contenu, l’objet de l’étude lié aux buts et objectifs, ainsi que les moyens et ressources pour réaliser l’apprentissage (motivation, méthodologie, ressources pédagogiques, activités et matériels, doivent être intégrés, etc.) et évaluation.

Comment évaluons-nous un programme d’entraînement de football ?

Dans cette enquête sur les programmes d’entraînement de football, nous utilisons le système d’évaluation Marcet défini comme un processus systématique, conçu intentionnellement et techniquement, consistant à collecter des informations rigoureuses – valables, valides et fiables – et visant à évaluer la qualité et les résultats d’un programme, comme base pour la prise de décision ultérieure visant à améliorer à la fois le programme et le personnel impliqué (entraîneurs, responsables, parents et joueurs).

● Valorisation sur la base de critères et de références spécifiés à l’avance (publication de jugements de valeur).
● Prise de décision pour promouvoir les améliorations nécessaires (utilisation des résultats).

De cette manière, à travers l’évaluation des programmes, il sera déterminé si le programme tel qu’il a été conçu, développé et mis en œuvre, génère les effets attendus en prenant en compte :

1. La valeur intrinsèque, c’est-à-dire la qualité et la pertinence du programme une fois celui-ci conçu. Les experts de Marcet en la matière porteront des jugements de valeur sur la base des exigences scientifiques en matière de contenu et des besoins associés en formation de football.
2. La valeur instrumentale, c’est-à-dire la pertinence du programme conçu en fonction des objectifs et des buts fixés.
3. La valeur comparative, c’est-à-dire la comparaison entre les programmes de différents pays. Cette situation peut se produire lorsque le programme utilisé jusqu’à présent est devenu obsolète et doit être complètement renouvelé.
4. La valeur de l’idéalisation, c’est-à-dire la collecte de données au cours de l’élaboration de l’évaluation pour son amélioration continue.
5. La valeur décisionnelle, c’est-à-dire la prise de décision basée sur les quatre aspects précédents, de telle sorte que, si ceux-ci ont été atteints, les décisions seront de qualité.

 

Modèle d’évaluation des programmes d’entraînement de football :

Le modèle Marcet d’évaluation des programmes d’entraînement de football appliqué dans cette recherche intègre les critères suivants :
Connaître le but de l’évaluation.

Cela signifie répondre à la question de savoir ce que nous voulons savoir sur le programme et ce que nous avons l’intention de décider en ce qui concerne le programme en question. Le cadre théorique de l’évaluation sera défini par ces questions :

  1. 1. Vérifier si les objectifs et les objectifs pré-établis ont été atteints. C’est-à-dire vérifier l’efficacité du programme.
    2. Recueillir des avis basés sur l’évaluation du programme par les publics concernés. C’est-à-dire estimer la valeur des personnes impliquées (joueurs, entraîneurs, responsables et parents)
    3. Obtenir des informations qualifiées selon lesquelles des décisions sur l’avenir du programme peuvent être prises.
    4. C’est-à-dire, prendre des décisions qui affectent l’amélioration. Vérifier, comprendre, transformer.
    5. Estimer la relation entre les ressources utilisées et les résultats obtenus, à la fois immédiats et à long terme.

 

Critères que nous utiliserons pour émettre des jugements de valeur :

1. Ceux axés sur l’efficacité, dans lesquelles les critères d’évaluation du programme sont basés sur la quantité et la qualité des objectifs atteints (ceci peut être réalisé en évaluant le niveau de réalisation des objectifs établis, en évaluant également les effets secondaires ou en utilisant processus ouvert ou libre d’objectifs).
2. Ceux fondées sur l’efficacité, dans lesquelles le critère d’évaluation du programme est la relation entre les avantages (résultats) obtenus et les ressources (moyens) utilisées.
3. Ceux basées sur les acteurs, dans lesquelles les critères d’évaluation du programme sont la réponse qu’ils donne aux besoins, intérêts et attentes des acteurs qui y participent (efficacité).
4. Les professionnels, dans lesquels les critères d’émission des jugements de valeur sont établis par les évaluateurs eux-mêmes, sont généralement dus au manque de spécificité du programme évalué.
5. Ceux qui sont orientés vers la qualité totale, dans lesquels nous devons définir au préalable ce que nous entendons par la qualité d’un programme, à la fois en termes de processus et de résultats, et, par conséquent, établir les critères permettant de porter des jugements de valeur sur la qualité.

 

Rôle des évaluateurs

L’évaluateur assume le rôle de technicien qui collecte des données fiables pour aider à prendre des décisions concernant le programme.

● Les évaluateurs aident les utilisateurs à observer et à améliorer leurs pratiques en répondant de manière globale aux demandes présentées par les différents publics.
● Les évaluateurs décrivent les programmes en tenant compte du contexte, des opérations, des transactions et des résultats.
● Les effets collatéraux du programme doivent être aussi recherchés que les effets attendus.
● Les évaluateurs prennent en compte les perspectives et les points de vue des personnes impliquées dans le programme (joueurs, entraîneurs, responsables et parents).
● Les évaluateurs évitent la présentation de rapports de synthèse en présentant des descriptions complètes rassemblant les perspectives de toutes les parties prenantes.
● Les évaluateurs utilisent diverses méthodes pour collecter des informations (les tests standardisés ne suffisent pas).

 

Notre processus d’évaluation des programmes d’entraînement en football est le suivant :

1. Établissez des buts ou des objectifs.
2. Ordonnez les objectifs en grandes classifications.
3. Définissez les objectifs en termes de comportement, c’est-à-dire d’objectifs opérationnels.
4. Établissez des situations et des conditions permettant de démontrer la réalisation des objectifs.
5. Expliquez les objectifs de la stratégie au personnel le plus important dans les situations les plus appropriées.
6. Choisir ou développer les mesures techniques appropriées.
7. Recueillez les données de travail des joueurs évalués.
8. Comparez les données avec les objectifs comportementaux.

 

Avantages de ce procédé Marcet :

1. Nous exigeons la mise en œuvre de tous les objectifs, ce qui est très difficile, voire impossible dans de nombreuses situations.
2. Nous considérons l’évaluation comme un processus final, ce qui, avec le point précédent, en fait une évaluation avec une fonction de synthèse.
3. Il prend en compte les effets collatéraux, secondaires ou inattendus et il est bien connu que ceux-ci sont parfois aussi importants ou plus importants que les effets préétablis.
4. La performance de l’étudiant est considérée comme un critère de réussite ou d’échec du programme.
5. Il a un caractère holistique et prend en compte le contexte dans lequel il évolue.
6. S’inquiète plus de la description et de l’interprétation que de la mesure et de la prévision.
7. Il est orienté vers l’étude des processus plutôt que des produits.
8. Il se développe dans des conditions naturelles et non dans des conditions expérimentales.
9. L’interview et l’observation sont les principales méthodes de collecte des informations.
10. Des conceptions flexibles et émergentes sont utilisées et adaptées au développement de l’action.
11. Les moyens d’action avec lesquels l’évaluateur n’accepterait pas une enquête sont rejetés.
12. Les perspectives des personnes impliquées devraient être comprises sans manipuler le processus.
13. Les valeurs et les droits des informateurs sont reconnus.
14. Cela garantit que les personnes évaluées sentent que leur participation à l’évaluation a mobilisé leur réflexion et que leur compréhension s’est développée.
15. Le contexte d’apprentissage est pris en compte (contexte matériel, psychologique et social dans lequel les entraîneurs et les joueurs travaillent ensemble) et le système d’instruction (l’ensemble des éléments constituant un plan cohérent qui subit des changements dus aux moyens, les joueurs et les entraîneurs)

Au problème de la violence, rejoint celui de la recherche de la victoire à tout prix dans le sport; L’opinion a été créée que le vrai sport est de gagner et la menace contre le fair-play augmente en raison de la recherche de plus en plus fréquente de la victoire à tout prix. On a tendance à considérer la défaite comme un échec, mais dans l’entraînement de football, ce n’est pas «gagné ou perdu», mais plutôt «gagné ou appris». Malheureusement, cette idée n’est pas très répandue.

L’imitation du modèle professionnel par le football des enfants a amené de nombreux entraîneurs, parents, spectateurs et dirigeants à reproduire les attitudes et les comportements typiques du football professionnel, tels qu’insulter l’arbitre, faire pression sur leurs enfants, se battre avec les spectateurs de l’équipe adverse ou renvoyer les entraîneurs pour ne pas atteindre les objectifs proposés.

Le football est l’un des sports les moins éduqués et probablement le plus influencé par le modèle professionnel.

Par conséquent, une occasion unique d’utiliser un sport attrayant pour les enfants et les jeunes afin de promouvoir les valeurs, les attitudes et les comportements positifs découlant de la pratique du sport dans le football est en train de disparaître.

Un entrenador Marcet habla a un alumno durante una sesión técnico-táctica.
Un coach Marcet parle à un élève lors d’une session tactique.

 

Cet intérêt pour un sport plus éducatif n’est pas exclusivement académique, mais il est partagé ces dernières années avec les différentes instances officielles du football, les éducateurs et les parents. Le football, s’il veut être réellement éducatif, ne peut être séparé du contenu de l’éthique et de la moralité en tant qu’ingrédients de l’éducation intégrale de l’enfant.

Compte tenu de la nécessité de travailler de manière pédagogique avec les jeunes footballeurs, du grand intérêt que le sport du football suscite chez les enfants et des adolescents, et compte tenu de l’importance sociale indéniable acquise ces dernières années, il est nécessaire de mener des recherches scientifiques éducatives avec des enfants et des jeunes joueurs des cinq continents (100 pays).

Pour mener à bien ce projet, il fallait auparavant résoudre le problème du manque d’outils spécifiques permettant d’éduquer les valeurs par le football. À cette fin, un modèle d’intervention a été mis au point pour éduquer les enfants et les jeunes à travers le football et un Manuel de fair-play et de sportivité a été conçu pour les entraîneurs de football, instruments spécifiquement développés pour cette recherche

 

Objectifs et hypothèses de la recherche

Etude la formation d’entraîneurs de football de cent pays différents dans cinq continents.

Les objectifs de ce premier niveau de recherche sont :

1. Décrire le profil de l’entraîneur de football professionnel dans chacun des pays.
2. Analyser le fonctionnement de l’entraîneur de football de chaque pays en matière d’éducation aux valeurs.
3. Déterminer l’intérêt que l’entraîneur de football formateur de chaque pays a pour l’éducation aux valeurs par le football.

En ce qui concerne le premier niveau de recherche, les hypothèses suivantes ont été établies::

-HYPOTHÈSE 1 : Les entraîneurs de football formatifs ne travaillent pas dans l’éducation aux valeurs par le football en raison de leur ignorance du sujet et de l’absence d’outils pratiques spécifiques.

HYPOTHÈSE 2 : Les entraîneurs ne sont pas intéressés par l’organisation de cours sur l’éducation aux valeurs, ils ne donnent pas d’importance à la préparation de manuels sur l’éducation aux valeurs..

Eduquer les enfants et les jeunes à travers le football

L’objectif principal du modèle d’intervention est concevoir un modèle d’intervention pour éduquer les enfants et les jeunes à travers le football; sa mise en œuvre, par la formation des entraîneurs et la vérification ultérieure de son efficacité.

Les objectifs suivants ont été définis comme objectifs secondaires du modèle d’intervention :

  1. Analyser les différences dans le domaine des valeurs, dans le domaine des attitudes et du comportement, entre le groupe témoin et le groupe expérimental, après l’application du programme d’intervention pour éduquer les valeurs par le football.
  2. Analyser les différences dans le domaine desvaleurs, comportementales et comportementales, du groupe expérimental parmi ses catégories d’âge, après l’application du modèle d’intervention.
  3. Analyser l’efficacité du programme d’intervention du point de vue des entraîneurs qui l’ont réalisé.
  4. Préparer un modèle d’intervention final pour éduquer aux valeurs par le football, où sont rassemblées toutes les modifications et les adaptations significatives recueillies au moyen des différentes techniques de recherche appliquée.

Les hypothèses émises par rapport au deuxième niveau de recherche sont les suivantes :

HYPOTHÈSE 3: Après l’application du modèle d’intervention, les joueurs de football soumis au programme (groupe expérimental) présenteront un changement positif significatif dans la structure de leurs valeurs en matière de fair-play par rapport au groupe de contrôle.
HYPOTHÈSE 4: Après l’application du programme d’intervention, les joueurs du groupe expérimental présenteront des changements positifs importants dans leurs attitudes à l’égard du fair-play à l’égard du groupe témoin.
HYPOTHÈSE 5: Après l’application du modèle d’intervention, le groupe expérimental présentera des changements positifs importants dans le champ comportemental par rapport au groupe témoin.
HYPOTHÈSE 6: Les joueurs de football des catégories d’âge inférieures obtiendront de meilleurs résultats en matière de fair-play que les catégories plus anciennes, dans le domaine des valeurs, dans le domaine des attitudes et du comportement.

La forte présence du football professionnel dans les médias a amené de nombreux entraîneurs, parents et dirigeants à reproduire les attitudes et les comportements véhiculés par ce modèle dans le football des enfants. Cette imitation se traduit chaque dimanche par des insultes envers les arbitres, une pression psychologique sur les enfants, des bagarres entre spectateurs, des entraîneurs mettant en échec les joueurs, et ceux qui veulent gagner à tout prix sans prendre en compte l’aspect pédagogique.

Conscient du manque de transmission des valeurs qui existent encore dans le football classique, Marcet se veut, par ses recherches, d’agir de manière scientifique afin de changer et d’améliorer les pratique éducative. Ainsi, le ‘sport roi’ peut continuer à l’être, non seulement en termes d’audience télévisée, mais également en termes de formation sociale et personnelle.

SHARE