Santiago Hernández Riaño profite de sa formation footballistique pour étudier au Kansas grâce à une bourse sportive.

« Je n’aurai jamais pensé pouvoir jouer et étudier aux USA, mais c’est le seul pays où il est possible de combiner ces deux choses ». Santiago Hernández Riaño a trouvé au Kansas le chemin qu’il cherchait, et il l’a fait après deux saisons à l’Académie de Haute Performance Marcet. « Quand j’ai terminé mon cycle à Barcelone, le directeur sportif m’a parlé de la possibilité de poursuivre ma formation aux USA, et je suis maintenant en troisième année au Dodge City Community College ».

Le milieu de terrain colombien est clair sur ses priorités. « Mon objectif a toujours été le football, mais ma famille souhaite que je me concentre aussi sur mes études. La possibilité d’entrer dans une université nord-américaine est tombée à pic », explique Santiago, conscient que cette option académique n’aurai pas été possible sans ses excellentes performances sur le terrain : « Le football fut fondamental pour obtenir la bourse qui m’a permis d’étudier et vivre aux USA. Grâce à ce sport j’ai pu faire beaucoup de choses ».

Les aides économiques couvrent l’immense majorité des coûts auxquels Santiago doit faire face, mais pas tous. « Entre les études et le football, je suis occupé toute la journée. De plus, j’ai aussi un emploi, qui me permet d’aider financièrement mes parents. Grâce à Dieu, tout va très bien pour moi, sportivement et académiquement ».

Les deux saisons que le milieu de terrain colombien passa à Marcet lui ont servi à consolider sa formation footballistique. « À Barcelone j’ai beaucoup gagné en expérience. Le travail de mes entraîneurs m’a marqué et m’a fait beaucoup progressé, surtout sur le plan tactique. J’ai appris à travailler dur, à bien me déplacer sur le terrain et à aider correctement mes coéquipiers, et pas seulement sur le terrain ».

En Espagne, Santiago a aussi appris ce que ça faisait de toucher de la neige avec ses doigts. Il put le faire à Soria, lors d’un déplacement que son équipe prit part pour affronter Numancia. « Je ne m’y attendais vraiment pas. C’était un jour ensoleillé et il ne faisait pas très froid. Nous nous baladions en ville après manger. Mais quand nous avons débuté l’échauffement, il commença à pleuvoir et la température baissait de plus en plus ».

« Au même moment où l’arbitre siffla le début de la rencontre, il commença à neiger. Je n’avais jamais vu la neige auparavant, et je ne pouvais pas y croire. Nous étions congelés, mais le climat le match me forcèrent à courir constamment. Après 10 minutes le terrain était tout blanc. Je n’aurai jamais pensé pouvoir voir de la neige grâce au football, et j’étais très content après le match. Ce fut une expérience spectaculaire et que je n’oublierai jamais ».

Santiago n’oubliera pas non plus le Memorial Marcet célébré en mai 2017, juste avant son départ de l’Espagne pour les États-Unis. « Nous sommes parvenus à gagner contre le Barça et l’Espanyol, et nous avons remporté le tournoi. C’est le souvenir auquel je suis le plus attaché ».

Le Memorial Marcet fut le couronnement de deux années de formation, dont Santiago profite désormais de la meilleure des manières. Une expérience qui lui a ouvert les portes du Dodge City Community College, où il continue à mettre en pratique avec les Conquistadors tout ce qu’il a appris à Barcelone. Et où la neige n’est pas une exception, mais un compagnon habituel durant les durs hivers de Kansas City, où Santiago disputera ses prochaines batailles.

 

SHARE