Sofía Fernández raconte les difficultés qu’elle a rencontrées au début et le plaisir de s’améliorer jour après jour.

La capacité d’adaptation est essentielle pour n’importe quelle joueur, et c’est d’autant plus vrai pour une fille. Le football féminin n’est pas encore normalisé dans le monde et dans la plupart des pays les femmes jouant au football restent une exception. Pour pouvoir se consacrer à leur passion, elle doivent s’adapter à des contextes éminemment masculins, ce qui implique des difficultés que peu peuvent supporter.

Sofía Fernández ne fait pas partie de ces gens là. “C’est vrai qu’au début c’était difficile. Quand on demande de jouer, tout le monde rit, et quand on joue, on ne nous passe jamais la balle. C’est en faisant partie d’une équipe que les autres ont appris à me connaître et donc à me respecter. Et c’est à ce moment là que j’ai vraiment pu profiter et m’amuser.”

“J’ai appris à identifier ce qui se passe sur le terrain, à analyser la situation, le jeu, le match”

Sofia s’est également amusée au Marcet Soccer Camp qui s’est déroulé en octobre dernier à Mexico, sa ville natale. À tel point qu’elle a décidé de s’envoler pour Barcelone afin de suivre le Checking Programme de deux semaines. “Je me suis très bien adaptée, tous les gars étaient très respectueux avec moi et l’ambiance était très chaleureuse. Je savais que ce serait difficile car c’était un entraînement intensif de deux semaines, mais j’ai profité au maximum et je ne voulais pas que ça se termine.”

Dans la vidéo en tête de cette page, la milieu de terrain mexicaine – qui joue sur le terrain avec la même personnalité qu’elle présente devant la caméra – raconte son expérience chez Marcet: “Chaque jour, je me voyais progresser un peu, et cela me plaisait beaucoup. J’ai appris à identifier ce qui se passe sur le terrain, à analyser la situation, le jeu, le match. J’ai ouvert mon esprit”.

SHARE