Juan David Fuentes, meilleur buteur de la Liga Preferente Infantil, signe au club azulgrana et rejoint la Sélection espagnole U-15.

Marisol se souvient encore de la première fois que son fils tapa dans une balle. « Nous étions à Bogota, assis à la terrasse de notre maison. Il avait un an et demi. Soudain il prit une balle et tira dedans avec la jambe gauche. La force du tir m’a interpellé et j’ai tout de suite pensé que le football deviendrait sa passion ». Trois ans plus tard, Juan David Fuentes enfile les buts comme des perles et est sur le point de devenir un joueur du FC Barcelone.

« C’est un joueur complet, avec beaucoup de qualités », commente Rubén Martí, coordinateur des catégories inférieures de la Fondation Marcet. « Il est rapide, intense, lit bien les espaces, il a une très bonne technique individuelle, un pied gauche spectaculaire… C’est un finisseur et il peut créer des actions de but à partir de rien. De plus, il sait défendre. C’est un joueur incroyable, qui motive son équipe. Il est un exemple et un leader naturel ».

Juan David est arrivé à Marcet depuis le CEF Montcada. « Je pensais que j’allais rester là-bas pour toujours », se rappelle le joueur. « Et puis tout est arrivé d’un coup… L’an passé j’ai fait une très bonne saison. On a gagné la Liga et j’ai mis 103 buts. Beaucoup d’équipes de Division d’Honneur m’ont appelé, mais je voulais retourner à Marcet pour m’améliorer. C’était ce dont j’avais besoin pour accéder à une grande équipe ».

 

Nouvelle position sur le terrain

Le plan a parfaitement fonctionné. Juan David est arrivé en tant qu’ailier gauche, mais les entraîneurs Marcet ont vu en lui un énorme potentiel comme buteur. Dans son nouveau rôle, il réalise une saison spectaculaire et est désormais meilleur buteur de la Liga. De ses exploits ressortent les quatre buts inscrits contre l’Infantil B du RCD Espanyol. Des actions qui n’ont pas tardé à capter l’attention des grands clubs d’Espagne.

« Valence m’a appelé il y a quelques mois », raconte l’attaquant. « J’étais enthousiaste. C’était la première fois qu’un club de Première Division m’appelait, et en plus avec un bon centre de formation. Je suis allé voir les installations et tout m’a beaucoup plu, mais j’ai aussi appris que le Barça était intéressé ». Pour Juan David et ses parents, le club azulgrana était la meilleure option, car elle n’obligeait pas le garçon à déménager et à quitter sa famille.

« C’est une bénédiction qu’il soit dans une équipe de ce niveau, nous ne nous y attendions pas », commente la mère de l’attaquant, en faisant allusion aux sacrifices économiques qu’ils durent faire pour que Juan David puisse jouer au football. Après quelques années en Colombie, où l’enfant est né, sa famille déménagea en Espagne en 2008. « Nous étions quatre, j’étais sur le point de tomber enceinte et mon mari gagnait 1.000€ par mois », raconte Marisol. « Les amis colombiens de Juan David durent lui envoyer des chaussures pour qu’il puisse jouer. On a tous dû faire des sacrifices pour l’aider. Durant les années les plus difficiles, nous vivions avec 213€ par mois, mais nous ne lui avons jamais enlevé le football. Marcet nous a aussi aidé en nous offrant une bourse ».

« Je commence petit à petit à découvrir l’environnement du club avant d’intégrer définitivement le groupe en juillet », expliquait l’attaquant quand il était encore le leader des Infantil A de Marcet. L’adaptation au club azulgrana ne fut pas un problème pour lui. Même dans ce difficile contexte Juan David réussit à montrer sa personnalité sur et en-dehors du terrain. Une personnalité qui l’a amené en Sélection espagnole U-15 où il fut convoqué en septembre 2017, mais aussi chez les U-17 colombiens, qu’il rejoint en janvier 2019 lors de leur rassemblement. Dans le futur il devra opter pour l’une ou l’autre. Pour le moment, il continue d’appliquer sa devise dans tous les matchs qu’il joue : « Beaucoup d’envie et beaucoup d’efforts ». Comme ce qu’ont mis ses parents afin que Juan David puisse réaliser l’un de ses rêves : être un joueur du Barça.

 

SHARE